AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une présence indésirable [Pv avec le sexy Rusty]

Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel Ahmon

avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 11/04/2009
Age : 28

About you
Sexe: Masculin
Âge: 15 ans
Réputation:

MessageSujet: Une présence indésirable [Pv avec le sexy Rusty]   Mar 15 Déc - 3:00

Devant moi, il y a un gigantesque bol de framboises enfouies sous une montagne de crème fouettée. Je n’y touche pas. Je regarde le tout d’un œil déconnecté. Je me dis que je devrais tendre la main et engloutir des poignées de framboises juteuses. Mais mon corps m’interdit tout mouvement. C’est Noah qui a eu l’amabilité de déposer ce somptueux dessert sur la table basse alors que moi, être totalement amorphe, je ne bouge plus du divan - quand j’arrive à me traîner jusqu’au salon.

Il est gentil, ce Noah. Il ne m’a pas posé de question sur mon état. Je lui ai dit que je me sentais malade, que je ne pouvais pas suivre les cours. Il n’a rien dit sur ma démarche de canard ni sur les heures que je passe dans un bain chaud. Mieux, il ne vient pratiquement plus au dortoir, dormant chez des filles la nuit probablement et passant ses temps libres à s’entraîner. J’ai la paix. J’ai en bien besoin.

Je peux donc me plaindre à loisir sur mes malheurs. J’ai une ecchymose au front. J’ai une lèvre fendue. J’ai une épaule douloureuse qui m’empêche de me servir de mon bras droit. J’ai le dos et les flancs d’un rouge vif. J’ai le cul en feu. J’ai l’impression de subir le châtiment d’empalement à toutes les fois où je m’assoies et que je marche.

Je ne sais pas trop comment je dois réagir face à l’agression dont j’ai été victime. Devrais-je alerter le Directeur? Devrais-je me taire et ignorer ce qui s’est produit il y a trois nuits? Comment doit réagir un individu qui vient d’être violé? Est-ce que je devrais me sentir souillé? Est-ce que je devrais me dégoûter? J’essaie de comprendre, d’analyser mes sentiments, mais je n’arrive qu’à me fracasser l’esprit contre une barrière inébranlable. Je n’arrive plus très bien à me souvenir de cette fameuse nuit. Quand je dors, j’ai des images, je revis quelques passages, mais je me réveille en sursaut, la respiration haletante et sans parvenir à retenir mon cauchemar. J’en suis peut-être à la phase du refus, je tente sans doute de me protéger contre mes propres pensés.

Je me demande comment Il vit cela. Poursuivit-Il ses cours? Continue-t-Il à vivre comme si rien ne s’était passé? Probablement. Suis-je le premier? Probablement pas… Je ne suis qu’une victime après tant d’autres. Je ne suis pas si important, au final. L’ai-je déjà été? Un rire amer s’échappe de ma gorge enrouée et s’interrompt brusquement au moment où la porte d’entrée s’ouvre à la volée. Je glapis.

-Noah? T’es où mec?

Je reconnais cette voix grave. Je reconnais cette intonation particulière. Je reconnais cette odeur. Et je me dis que je n’ai vraiment aucune chance.

-Noah n’est pas là, dis-je à Savage d’une voix basse.

-Ahmon? Qu’est-ce que tu fous dans le noir?

La lumière du salon s’allume, m’aveuglant l’espace de quelques secondes. Savage contourne le sofa et se poste devant moi. Nous nous dévisageons longuement, lui examinant mes plaies, moi le toisant avec… froideur. Je n’ai pas envie de voir des gens. Je n’ai pas envie de parler ni même de constater que, à l’extérieur de ces quatre murs, il existe bel et bien le monde dans lequel je vivais, avant, et qui continue sa trajectoire, sans moi.

La faible lumière de la lune qui filtre à travers les rideaux de la fenêtre me suffit. Je n’ai besoin de rien d’autre, hormis le sac de glace sous mes fesses.

Mes yeux s’attardent un moment sur le bol regorgeant de délicieuses framboises. Je n’arrive même pas à avoir faim.

-Je réfléchissais.

Pas faut. J’espérais m’endormir ou du moins, somnoler un peu. Je ne dors plus tellement, peut-être trois heures par nuit. Le reste du temps, je fixe un objet et je me laisse transporter au fil de mes pensés. J’ai essayé de photographier, mais aucune idée brillante ne me venait à l’esprit. J’ai essayé de lire, mais l’intérêt n’y était pas. J’ai essayé d’écouter un film, mais j’étais incapable de me concentrer plus de cinq minutes. Alors, je pense.

-Si tu cherchais Noah, il n’est pas là. Tu auras plus de chance si tu lui téléphonais.

Savage me regarde toujours. J’ai une tête à faire fuir un troupeau de bisons. Mes cheveux sont emmêlés. Mon visage est tuméfié. J’ai le teint livide et le regard hagard. Mais c’est Rusty Savage, il se fout de ma santé. Il ne posera aucune question. Il va féliciter le salaud qui m’a mis dans un tel état et lui vouer un culte, probablement.

-Prends le téléphone. Et après, s’il te plait, va t’en.

Il est sur la table basse, à côté des framboises. Depuis qu’Alanthia a nettoyé le dortoir, tout objet à une place qui lui a été attribuée. Je souris. Cette fille est cinglée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://november-rain.purforum.com/index.htm
Rusty Savage

avatar

Messages : 675
Date d'inscription : 03/04/2009
Age : 27

About you
Sexe: Masculin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Une présence indésirable [Pv avec le sexy Rusty]   Sam 19 Déc - 10:05

S’il y a bien une chose que mon père m’a apprise et qui m’a toujours été utile – une fois que je l’ai écouté – c’est que lorsque je suis agité, je dois trouver des éléments calmes pour m’entourer. Noah est quelqu’un de plus que calme. C’est de lui que j’ai besoin. On dit que les chiens ont un comportement à l’image de la tension de l’air. Et ça marche pour moi. Bon, Noah dira que je fais toujours le pitre quand je suis avec lui, c’est vrai. Mais je ne suis plus tendu, plus agité. Sauf que là, en entrant dans l’appartement de mon camarade, je ne sens rien de très zen. Ce n’est pas agité, c’est calme, d’une certaine manière, mais glacé. C’est mieux que rien. Toutes les lumières sont fermées, mais je perçois que quelqu’un est assis dans le noir. J’appelle. Je sais que Noah n’est pas là. Je l’aurais senti. C’est Ahmon qui me répond, d’une voix glaciale mais pas très forte. Je grommelle. Faut comprendre qu’après ce que j’ai découvert avec Chris, j’ai pas très très envie de me retrouver tout seul avec ce type. Tout de même intrigué, j’ouvre la lumière et lui demande ce qu’il fout dans le noir. Pas de réponse. Pas tout de suite. J’avance jusqu’au salon, me poste juste devant lui.

Ahmon est dans un état épouvantable. Pis que dans celui où je l’ai laissé après notre … petite altercation. Il ne porte rien d’autre qu’un pantalon ample et franchement, il a l’air encore plus maigre qu’il ne l’est. Son corps entier est couvert de marques rougies. Je penche la tête sur le côté. Quand je l’ai vu la dernière fois, dans ce même appartement, il avait pourtant l’air mieux.

-Si tu cherchais Noah, il n’est pas là. Tu auras plus de chance si tu lui téléphonais.

Un petit silence, durant lequel je cesse de l’observe et observe la pièce, comme pour confirmer ce qu’il venait de me dire. Et je me fais une drôle de constatation. Habituellement, c’est la pagaille dans ce petit appartement, et Ahmon est le seul élément rangé. Alors que là, c’est tout le contraire : Ahmon est complètement dérangé – de ses cheveux jusqu’à son pantalon un peu trop grand – alors que l’appartement est en ordre. Mais je ne m’y attarde pas plus longtemps que cela.

-Prends le téléphone. Et après, s’il te plait, va t’en.

Je ramène mon attention sur le petit être chétif qui est sur le sofa, puis sur le téléphone. Moi, ce que je voulais c’était calmer mes instincts et franchement, tout ça m’a bien refroidi. J’avise la table d’appoint qui est derrière moi, enlève le bol de framboises, m’assois puis le repose sur mes genoux. Ahmon n’a même pas l’air de se rendre compte de mes gestes. Il me regarde sans me regarder, et c’est seulement parce que je me suis assis devant le point qu’il fixait depuis le départ. Je remarque une marque à la jointure de sa nuque et de son épaule : une marque de morsure. Je fronce un sourcil, lève la main et pointe la chose.

-Ça, c’est pas moi.

Si c’était moi, tu serais encore à l’infirmerie, ou alors tu serais mort. Je grimace. C’est encore une chance que Chris m’ait empêché de commettre une erreur. Ce qui est bien, c’est qu’elle a l’impression de l’avoir sauvé, mais pas de ce qu’elle pense. Je frémis. Mon père m’aurait arraché la tête s’il avait fallu que je fasse une chose pareille.

En fait, toutes les marques sur son corps ne peuvent pas être uniquement mon œuvre. Plus je le regarde et plus je constate les différences. Il y a des marques plus vieilles, qui sont en train de disparaître. Ça c’est moi. Je les distingue à peine à côté des autres. On dirait qu’un autre monstre lui est passé dessus. Du tac au tac, je tente quelque chose pour avoir une information. C’est maladroit et c’est accompagné d’un rire bête, mais on ne pourra pas dire que je n’ai pas essayé de savoir.

-C’est humain, ce qui t’a attaqué ?

Le regard d’Ahmon se fait noir. J’ai l’impression que l’air s’est encore plus refroidi – si c’était possible – et qu’il va se mettre à neiger dans le salon. Un frisson me parcourt l’échine. Dans ce genre de regard, habituellement, il y a de l’agressivité. Mais là, je ne vois rien de ce genre : je ne sens pas de menace. C’Est un regard complètement vide, sombre et lourd. C’est le regard d’un animal traqué qui s’est fait acculé au coin du mur avec déjà une balle dans le corps. Un animal qui sait très bien qu’il est fini, qui ne se fait plus d’illusions.

-T’as essayé d’entrer dans la caverne d’un gros ours mal léché ?

Détendre l’atmosphère … pour son bien et le mien. Mais à voir la tronche qu’il tire à ces mots, je comprends que j’ai peut-être touché une corde plus sensible que je pensais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.november-rain.purforum.com
Gabriel Ahmon

avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 11/04/2009
Age : 28

About you
Sexe: Masculin
Âge: 15 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Une présence indésirable [Pv avec le sexy Rusty]   Mar 12 Jan - 22:36

— Ça, c’est pas moi.

Son doigt tendu vers moi semble désigner la totalité de mon corps blessé. Je risque un froncement de sourcils, incertain de bien comprendre Savage. Évidemment, ce gros lourdaud ne m’a pas littéralement passé sur le corps… ou dans les fesses, ça je le sais. La dernière fois que j’ai vu cet abruti, c’était quand il m’a assommé à coups de poing particulièrement vigoureux. Je pince les lèvres. Des coups de poing vigoureux. Lui, Il cherche les loups pour les tuer, moi pour les observer.

Savage a un comportement… animal, mais est-ce suffisant pour le condamner à ce jugement hâtif? Est-ce qu’une force prodigieuse – il ne m’en faut pas tant pour m’écraser au sol -, de bons réflexes, des instincts affûtés me permettent d’identifier cet adolescent en rut comme étant une bête supposément sanguinaire? Mon regard se détourne vers Rusty Savage et je le dévisage comme si je le rencontrais pour la première fois.

— C’est humain, ce qui t’a attaqué? Dit-il en émettant un rire stupide.

Mes traits se crispent, mes dents grincent, ma chair frissonne. Humain? Humain? J’aimerais lui crier la réponse, j’aimerais lui beugler ma colère et ma misère, j’aimerais lui cracher mon désespoir et ma confusion, j’aimerais lui avouer qu’entre les loups et l’homme, je redoute celui-là. Le loup vit selon un modèle basique. Il est un animal et se conduit comme un animal. Il se nourrit comme un animal. Il baise comme un animal. Il dort comme un animal. Il chasse comme un animal. Les Lycans doivent… être comme eux, sans doute redoutables, mais pas aussi nocifs comme Il le prétendait, sinon nous, les hommes, serions tous morts. Par contre, un homme… qui agit comme un monstre… est pire que le loup. Parce qu’il… conscient.

— T’as essayé d’entrer dans la caverne d’un gros ours mal léché?

Je gratifie l’enquiquineur d’un coup d’œil sombre. Qu’est-ce qu’il veut? M’achever en me bombardant une série de questions idiotes? Ne voit-il pas assez clairement pour comprendre les marques sur mon corps? Ne comprend-t-il pas que les griffures sont trop petites pour être celles d’un véritable animal? Je rabats pudiquement les pans de ma couverture sur mon torse, dissimulant les blessures à la vue de ce navet.

-Si c’était le cas, ne crois-tu pas que j’aurais terminé dans son ventre et servi de nourriture à ses petits?

Je suis peut-être stupide, mais pas suicidaire. Je n’irais pas jusqu’à ramper dans le repère d’un ours imposant… Non, je me suis trompé. Je suis un personnage suicidaire, mais pas suffisamment stupide. Suicidaire, parce que je plonge dans toutes les situations peu importe les conséquences qui en résulteraient. Auparavant, je ne croyais pas aux conséquences, je ne croyais pas qu’on puisse me… punir pour ma curiosité. Je ne suis pas stupide, je fuirais devant un ours. Et l’ours n’a rien à me dire d’intéressant, de toute façon.

— Savage, ce qui m’est arrivé est sans importance. Je me suis frotté à quelqu’un de plus… mauvais que toi et j’en ai payé le prix. Maintenant, au lieu de me contempler avec cet air de babouin stupéfait, pourrais-tu, s’il te plait, me laisser seul? Je n’ai pas envie de compagnie pour le moment, la tienne moins que les autres. Donne-moi le bol de framboises, aussi.

Je lève mes mains vers lui. Machinalement, il me remet le bol de framboises qui pèse une tonne. Je manque de le faire tomber, mais Savage le rattrape rapidement et le dépose maladroitement sur mes genoux. Distraitement, je plonge mes doigts parmi les framboises, en sélectionne une et l’engloutis. Juteuse. Le goût sucré est poussière sur ma langue. Le jus me fait l’effet de mon sang qui se répand dans ma bouche. Je frémis. Je fusille Savage de mes yeux agacés.

— Sérieusement, j’aimerais que tu t’en ailles, Savage.

Tu m’as vu amplement pour ce soir. Toi et moi n’aimons pas la compagnie de l’autre, pourquoi ne t’empresses-tu pas de déguerpir sans demander ton reste? Je grommelle un peu dans ma barbe en constatant son inactivité prolongée.

— Il n’y a pas une fille que tu aimerais voir? Pas un ami à torturer? Pas de Kathleen que tu aimerais courtiser?

Peine perdue, si vous voulez mon avis, mais cet enfant doit bien se divertir d’une quelconque façon… et loin de moi, si possible. Je veux la paix, la paix. Il pourrait aller retrouver l’infirmière et tenter quelques avances infructueuses. Tout le monde sait qu’il ne se la tapera jamais. Kathleen ne laisse aucun homme mettre le grappin sur elle, c’est elle qui choisit l’heureux élu. C’est elle qui désigne le chanceux jusqu’à ce qu’elle se lasse et s’en défasse plutôt abruptement. Bien sûr, ses conquêtes sont majoritairement des femmes, mais parfois, Kathleen répond à certaines pulsions primaires qui nécessitent la présence de mâle pour combler ses besoins. Je dois avouer que je ne me suis jamais considéré comme un mâle.

— Savage, pourquoi restes-tu ici? Ma compagnie est affreuse. Et puis… arrête de poser des questions sur mon état… Nous avons très bien l’un et l’autre que tu te fous éperdument de ma santé.

Je me borne dans un silence total, mon attention rivée vers la fenêtre, là où je perçois la lune… presque pleine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://november-rain.purforum.com/index.htm
Rusty Savage

avatar

Messages : 675
Date d'inscription : 03/04/2009
Age : 27

About you
Sexe: Masculin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Une présence indésirable [Pv avec le sexy Rusty]   Dim 17 Jan - 12:12

[800 mots juste ! Woot woot !]

    Ahmon me dévisage d’une façon particulièrement désagréable : j’en ai les cheveux qui se hérissent sur la nuque. Non, franchement, ce regard-là, c’est un degré de regard meurtrier digne de Kathleen. Faut dire qu’Ahmon, si j’en crois les photos que j’ai vues, a été à bonne école. Mais putain … Kathleen ! Pourquoi lui et pas moi ? Oui, c’est vrai, Kathleen a toujours été comme une mère pour moi mais ça ne m’a jamais empêché de la vouloir comme femelle. N’importe quel mâle doté d’un peu de bon sang mourrait d’envie de la monter et de lui apprendre les bonnes manières.

    -Si c’était le cas, ne crois-tu pas que j’aurais terminé dans son ventre et servi de nourriture à ses petits?

    J’arque un sourcil. Est-ce qu’il a pris ce que j’avais dit au pied du mot ? Ce serait bête : il y a presque pas d’ours dans ce secteur et en plus, pourquoi Gabe Ahmon aurait envie d’aller dans la tanière d’un ours. Oh ! Je déconnais ! Tu t’es rendu compte de rien, lourdaud ?

    — Savage, ce qui m’est arrivé est sans importance. Je me suis frotté à quelqu’un de plus… mauvais que toi et j’en ai payé le prix. Maintenant, au lieu de me contempler avec cet air de babouin stupéfait, pourrais-tu, s’il te plait, me laisser seul? Je n’ai pas envie de compagnie pour le moment, la tienne moins que les autres. Donne-moi le bol de framboises, aussi.

    Je lui donne le bol de framboises sans y penser et c’est toujours sans trop penser que j’empêche celui-ci de tomber quand Ahmon vient pour le saisir. Il est vraiment dans un état pitoyable. Comment il peut dire que ce qui lui est arrivé est sans importance ? Je lui donne une petite claque derrière la tête et il est malheureux comme les pierres, il se plaint. Et là c’est sans importance ? Non, j’crois pas. Je soupire. Il veut juste pas dire ce qui lui est arrivé. Je ne sens pas d’odeur fauve sur lui. Ce n’est pas un animal, ce n’est pas un loup qui s’en est pris à lui. La vraie question c’est « pourquoi est-ce que quelqu’un voudrait amocher ce type à ce point là ? » Bon, ok, moi-même je m’en suis souvent pris à lui, mais c’était sans y penser. Et je ne crois pas qu’il m’en aie jamais voulu. Non ?

    — Sérieusement, j’aimerais que tu t’en ailles, Savage. Il n’y a pas une fille que tu aimerais voir? Pas un ami à torturer? Pas de Kathleen que tu aimerais courtiser?

    Il soupire. Moi je bougonne. J’aurais beau courtiser Kathleen, jamais elle daignera poser les yeux sur moi autrement que pour me surveiller et m’empêcher de faire des bêtises.

    — Savage, pourquoi restes-tu ici? Ma compagnie est affreuse. Et puis… arrête de poser des questions sur mon état… Nous avons très bien l’un et l’autre que tu te fous éperdument de ma santé.

    Je penche la tête sur le côté. J’aime pas les gens qui portent des conclusions hâtives. J’admets que moi-même, mes conclusions sont très souvent hâtives, mais quand même ! Je ne juge pas les gens : je fais des observations. Je me penche en avant, plonge mon regard dans le sien. Enfin, j’essaie. Parce que le sien est fuyant comme une torpille.

    - Ahmon, j’sais pas où t’es allé chercher que j’m’en fiche, mais si j’tais toi, j’réviserais mes sources au plus sacrant. Je suis peut-être un peu rough avec toi, mais je suis pas un salaud.

    Faux. J’peux en être un quand je veux, genre quand c’est le moment de larguer une fille. Et oui ça m’arrive de jouer avec les sentiments des gens, comme ça, tout à faire gratuitement. Et oui, c’est vrai, ça m’arrive de frapper quelqu’un comme ça, juste pour me passer les nerfs. Et oui, c’est souvent Ahmon alors ça peut influencer sur son jugement. J’ai jamais causé avec ce type. Il ne m’est pas particulièrement sympathique et en fait il m’agace franchement. Mais je suis pas sans cœur et, que ça lui plaise ou non, moi j’vais rester là. C’est pas tant parce que je tiens absolument à sa compagnie – et comme il l’a dit, il n’est pas très jasant aujourd’hui mais j’étais venu ici pour me calmer les nerfs et jusqu’à maintenant, ça marche. J’essaie de suivre le regard d’Ahmon, dirigé vers la fenêtre. C’est pas encore la nuit, mais on aperçoit la lune une fois de temps en temps. Elle ne sera pas tout à fait pleine ce soir. Une petite palpitation me passe dans la poitrine et je respire un bon coup avant de me retourner vers l’adolescent chétif blotti dans sa couverture épaisse.

    -Je vais me prendre un bon verre d’eau. Tu veux quelque chose avec tes framboises ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.november-rain.purforum.com
Gabriel Ahmon

avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 11/04/2009
Age : 28

About you
Sexe: Masculin
Âge: 15 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Une présence indésirable [Pv avec le sexy Rusty]   Mar 26 Jan - 0:19

Il est toujours là. Incroyable. Pointe d’agacement qui s’installe. La lune brille intensément. Combien d’étudiants iront se balader dans la forêt cette nuit ? Combien de loups-garous avons-nous dans cette école ? Mes doigts caressent machinalement le bol de framboises. Il est tout froid. J’en saisis une et la porte lentement à ma bouche, lentement parce que mon bras refuse à obtempérer efficacement. La morsure dans mon épaule a abimé quelques muscles utiles, je suppose. La simple mention de la morsure me fait frémir.

- Ahmon, j’sais pas où t’es allé chercher que j’m’en fiche, mais si j’tais toi, j’réviserais mes sources au plus sacrant. Je suis peut-être un peu rough avec toi, mais je suis pas un salaud.

Un peu rough ? Mes yeux s’attardent sur Savage et l’examine minutieusement. Il n’a pas l’air de se moquer et pourtant… Un peu rough ? La dernière fois que tu m’as frappé, c’était pour m’éliminer. J’ai souffert de migraines épouvantables pendant des jours et c’est sans compter mon corps meurtri et mon orgueil en lambeaux. Tu as eu l’audace de farfouiller dans mes dossiers privés, l’audace de souiller mon art, l’audace de te prétendre… Je frissonne. J’aimerais déposer mon visage dans les paumes de mes mains glacées et fermer les paupières… et m’évader. Au lieu de cela, je me contente de le dévisager.

Toi aussi Ahmon, tu farfouilles partout, tu cherches, tu fouines. Et mes découvertes en valent les efforts et les conséquences. Je peux au moins me dire ça, me réconforter avec cette idée, me garantir que tout ce qui m’est arrivé était… le prix de la vérité. Je fronce mes sourcils, l’une des seules parties de mon anatomie qui ne me fait pas souffrir. J’engloutis quelques framboises, non pas parce que j’ai faim mais parce que ça m’empêche d’agripper la couverture rejetée sur mes épaules.

Rusty se lève enfin. Je me gonfle d’espoir. Il va me laisser, s’en aller loin, très loin… Dans le monde humain où je n’ai plus accès. Je veux qu’il parte. Mon orgueil est déjà suffisamment lacéré comme ça, je n’ai pas besoin qu’il soit là à contempler l’épave que je suis devenu.

-Je vais me prendre un bon verre d’eau. Tu veux quelque chose avec tes framboises ?

Un cocktail de solitude me suffirait amplement. Je soupire. Je lui dis que j’aimerais bien de l’eau aussi. Il va nous chercher deux grands verres d’eau. Le mien, qu’il met maladroitement entre mes mains, tremble un peu. Je n’arrive plus à maîtriser mes mains depuis… depuis l’évènement. Elles tremblent sans arrêt… comme si c’était les seuls deux membres de mon corps à tout réaliser. Je bois un peu. Ma gorge était sèche. Je n’avais pas remarqué à quel point je pouvais avoir soif.

Je regarde Savage en coulisse. Il vide son verre, le dépose sur la table à côté de lui et observe la pièce. Il semble agité, un peu moins que lorsqu’il est débarqué dans mon dortoir, mais il semble toujours agité. Je soupire. Qui aurait cru que cet imbécile me tiendrait compagnie.

-Au fait… Savage. J’aimerais qu’on discute d’un truc, dis-je en bafouillant un peu.

Le sujet que je veux aborder est un tantinet délicat. Je dois m’y prendre de la bonne façon pour bien m’exprimer afin qu’il n’y ait aucun malentendu. J’ai une migraine. Une pulsation désagréable derrière mon œil gauche, qui prend de la puissance. Je pense trop, je ne dors plus, je ne mange pratiquement plus. Mon corps s’alarme.

-L’autre fois… quand tu es venue ici avec l’autre personne. Tu sais, la fois où tu m’as littéralement mis KO…

L’intéressé grogne. Il sait de quel épisode je parle. Le mal de tête augmente en férocité.

-Tu as… vu quelque chose… ? Dans mes photographies ?

Je ne me souviens plus très bien de ce qui s’est passé cette journée-là. Peut-être sont-ils tombés sur des images compromettantes… plus que celle où je suis… avec Kathleen. Je me souviens que lui et l’autre personne faisaient de drôles de tête… Ont-ils découvert mon dossier secret, celui que je devais brûler sous la demande particulière de Kathleen ? Je ne crois pas… Je crois qu’il était bien enfoui dans un coffre. Et depuis, j’ai cru percevoir une lueur… étrange dans les prunelles de Savage lorsqu’il me regardait. Et il ne m’a plus frappé depuis.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://november-rain.purforum.com/index.htm
Rusty Savage

avatar

Messages : 675
Date d'inscription : 03/04/2009
Age : 27

About you
Sexe: Masculin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Une présence indésirable [Pv avec le sexy Rusty]   Mar 9 Fév - 1:14

    Ouais bon finalement, je crois que j’aurais peut-être été mieux de squatter une autre chambre que celle-ci. Ahmon est une loque. Une débarbouillette qu’on aurait tordue trop souvent pour en extraire plus de jus qu’elle en contenait. Ouaw ! Belle métaphorie. C’est ça qu’on dit je crois. En tout cas, je suis plutôt fier de ma trouvaille. C’est quasiment beau, dit comme ça. Sauf qu’on parle de Gabe Ahmon et que ça, c’est pas particulièrement beau à regarder. Je m’en vais dans la petite minus cuisine – pareille que la mienne, sauf pour la déco – et je sors deux grands verres des armoires, les remplis d’eau. Pis je reviens. J’en mets un entre les mains de Gabe, qui a du mal à contrôler ses tremblements. Ben voyons, que je pense en lui fermant les doigts autour du verre. Il a tu vu un fantôme, lui ? Il prend le verre au ralenti, prend une gorgée au ralenti. Moi je vide mon verre d’un seul trait. Parce que j’ai pas rien que ça à faire, de boire de l’eau. En fait, je devrais avoir que ça à faire, me concentrer sur des trucs qui n’ont pas la moindre importance. Ça m’éviterait de regarder toujours la lune par-dessus mon épaule. Cette garce. Elle n’est pas exactement pleine, encore. Et elle n’est pas encore pleinement visible. J’ai hâte. J’ai des fourmis dans tous les membres. Je piaffe presque d’impatience comme un cheval de course que son cavalier empêcherait d’avancer.


    -Au fait… Savage. J’aimerais qu’on discute d’un truc.

    Je tourne la tête vers Ahmon, qui tripote drôlement son verre d’eau de ses longs doigts minces. Trop minces. On dirait des pattes d’araignée. J’aime pas ça. Pas esthétique pantoute. Il ne me regarde pas dans les yeux. Ça aurait été très étonnant qu’il le fasse, en fait. Ahmon n’a jamais été du genre à confronter les gens, même sis ça lui arrive vachement souvent de jouer à l’abruti avec moi.

    -L’autre fois… quand tu es venue ici avec l’autre personne. Tu sais, la fois où tu m’as littéralement mis KO…

    J’émets un grognement. Je sais très bien de quoi il parle. Ce serait dur de ne pas m’en souvenir, de cette journée. En transportant ce zouf jusqu’à sa chambre, j’ai tellement eu la trouille qu’on tombe sur Kathleen. Il aurait manqué que ça pour rendre la journée encore plus terrible. Mais en fait, c’est pas sur elle que je suis tombée. C’est sur encore pire qu’elle. Si. Ça se peut. Je le jure sur ma tête. Et Dieu sait que j’y tiens à ma tête.

    -Tu as… vu quelque chose… ? Dans mes photographies ?

    Je détourne le regard, me mets à observer la peinture du mur avec beaucoup plus d’attention qu’elle n’en mérite. En fait, j’en ai rien à faire, de la couleur des murs d’Ahmon. Sauf que là, je me dis que je devrais me trouver ailleurs. Je me souviens de la raison pour laquelle j’ai religieusement évité ce mec depuis l’incident. Je me mords la lèvre, me racle la gorge.

    -Rien de particulier. On cherchait les photos de Kathleen pis toi. On les a trouvé. On s’est marré, point à la ligne.

    Non. C’est pas exactement ça. Parce que oui on a bien trouvé ces photos. Et oui, c’est ça qu’on cherchait. Mais on n’a pas trouvé que ça. On a trouvé un classeur complet qui ne contenait que des photos de moi. Moi dans toutes les situation imaginables ! Dehors, dedans, debout, assis, couché, seul, en groupe, habillé ou tout nu. Et étrangement, une quantité phénoménale de cette dernière catégorie de photos. Ahmon aime me voir à poil. Ça, ça m’a franchement traumatisé. Ahmon est gai. Ahmon en pince pour moi. Ça m’echoeure rien que d’y penser. Mais on n’a pas trouvé que ça. J’ai trouvé un dossier que j’ai fait gaffe de pas montrer à Chris. Des photos plutôt compromettantes pour les gens de ma race. Mettons des photos qui prouveraient qu’on existe. Il y en a même une de moi, complètement transformé. Et ce dossier était dans le classeur Rusty. Ça craint, franchement. Je joue avec le tissu de mes jeans pendant un moment. J’ai chaud. Éventuellement, je devrais le confronter à propos du dossiers sur les loups. Ok. Je me lance.

    -Ahmon, depuis quand t’en pinces pour moi ?

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.november-rain.purforum.com
Gabriel Ahmon

avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 11/04/2009
Age : 28

About you
Sexe: Masculin
Âge: 15 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Une présence indésirable [Pv avec le sexy Rusty]   Sam 20 Fév - 18:17

-Rien de particulier. On cherchait les photos de Kathleen pis toi. On les a trouvées. On s’est marré, point à la ligne.

Rassuré, je hoche la tête. Je bois un peu d’eau, lentement d’abord puis j’avale une grande gorgée. Mon gosier me brûlait, ce que je n’avais pas remarqué jusqu’à maintenant. Il se peut que je ne me sois pas désaltéré depuis quelque temps… préférant ne plus bouger de mon divan. Et puis… être plongé dans mes pensées, ou les écarter et maintenir le vide dans ma tête, me permet de m’évader de la réalité et j’en oublie de manger, de boire, de dormir, de me doucher. Je soupire. Avec précaution, je déplace le bol de framboises et le dépose à côté de moi, vérifiant qu’il ne se renverse pas.

Que Savage et la mignonne aient fouillé dans mes photographies m’agace un peu, mais je me dis que si Savage avait trouvé quelque chose de compromettant… il n’aurait pas pu garder sa gueule fermée. Cependant… qu’il sache pour Kathleen me… chiffonne. S’il ose lui en parler, si elle découvre que notre euh… passé commun a été divulgué... je suis bon pour être hospitalisé pendant plusieurs années.

-Ahmon, depuis quand t’en pinces pour moi ?

Silence. Vide. Incompréhension. Savage me fixe, il semble incroyablement sérieux. Son front est plissé, ses yeux à peine entrouverts, ses lèvres pincées, son teint livide. Nous nous scrutons. Lui avec dégoût, moi avec épouvante. En pincer… po-pour Savage? Il y a sûrement une erreur, une belle grosse erreur… un malentendu cauchemardesque ou… ou… Mon cerveau repasse en boucle les mots de cet abruti, essayant d’en décrypter le troisième niveau… sans y parvenir. Impossible.

-Je… Je n’en pince pas pour toi, bafouillé-je.

J’ai la nausée. Je ne me sens pas bien du tout. C’est quoi ce délire? Son ego n’est pas assez volumineux, il veut l’enfler davantage en s’imaginant que même les hommes s’intéressent à lui, qu’il est aussi irrésistible qu’il le prétend? Minute. Calme-toi, Ahmon. Qu’est-ce qui a bien pu lui inspirer une idée pareille? Ou qui? Il faut penser, et vite. Est-ce que j’ai dit ou fait quelque chose qui aurait pu… porter à confusion? Mais non… Absolument pas. Je n’ai jamais désiré ce lourdaud de Savage ni même éprouver une sorte d’affection irrationnelle pour lui. Seulement de la haine, du mépris et de la curiosité. En pincer pour lui? Inimaginable…

-C’est absurde. Moi? En pincer pour toi? T’es fou.

Fou. Oui, incroyablement fou. Tu penses sérieusement que je laisserais un autre homme m’approcher, même si c’est pour me tapoter gentiment l’épaule? Jamais. Ethan Miller était le premier et le dernier à s’être aventuré dans une zone de sortie. Je frissonne. Non. Plus personne ne va me pénétrer une deuxième fois, ou sinon je jure de me débattre sérieusement.

-Quel amour-propre, crois-tu vraiment plaire à tout le monde? Tu penses que ta gueule de rebelle me fait baver secrètement? Va te faire soigner la libido, Savage. T’es loin d’être mon type. Trop peu de matière grise, trop de chair entre tes cuisses.

Moi, en pincer pour quelqu’un? Je ne prétends pas être démuni d’émotions et de besoins d’affection… mais quand même… Savage. Je ne comprends même pas pourquoi les filles s’acharnent à tendre la croupe devant lui. Il est idiot, bête, brutal, vulgaire, irascible, macho, orgueilleux. Rien de bien excitant. Et si on le regarde, il n’a rien de véritablement séduisant… Une coupe de cheveux en bataille, des yeux espiègles, un visage émacié et creux, un corps long et maigre fait tout en angle tranchant.

-Et tu peux me dire ce qui t’a poussé à croire que…

Je m’arrête dans mon élan. Je panique. Les photos. Ils ont trouvé le dossier Savage, celui dans lequel je classe toutes les images de cet idiot… les images que les filles me commandent… Oh non. Oh non. Je sens le sang affluer vers mes joues qui deviennent affreusement brûlantes. J’ai chaud. J’ai le vertige.

-Tu… as vu… Tu les as vues?

Ma voix est faible, vacillante. J’essaie de me redresser, de chercher le regard de Savage.

-Écoute. C’est pas ce que tu crois. Vraiment pas. Je peux t’expliquer. C’est les commandes. Les filles veulent des photos de toi dans une telle position. Je ne… Je n’en pince pas pour toi, voyons… Tu vas pas croire que moi… je pourrais…. Non, tu ne peux pas penser que j’ai envie de toi.

Je le dévisage avec horreur, les yeux écarquillés, les narines frémissantes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://november-rain.purforum.com/index.htm
Rusty Savage

avatar

Messages : 675
Date d'inscription : 03/04/2009
Age : 27

About you
Sexe: Masculin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Une présence indésirable [Pv avec le sexy Rusty]   Lun 8 Mar - 10:52

    C’est une question qui se pose, il me semble, non ? C’est LA question à poser. Après tout, il est question de moi avant tout. J’ai le droit de savoir si je dois me tenir à carreaux avec ce mec. Pas envie d’être la cible d’une tapette, moi ! Pas envie qu’on se foute de ma gueule parce qu’un type zarbi comme Ahmon veut ma peau, au sens réel. C’est normal que je me pose cette question, mais Ahmon n’a pas l’air d’accord avec ça. Il me regarde comme si j’étais un extra-terrestre. Non. En fait il a l’air horrifié. Clair qu’il s’attendait pas à ce que je devine ses intentions.

    -Je… Je n’en pince pas pour toi, bafouille-t-il. C’est absurde. Moi? En pincer pour toi? T’es fou.

    Gabe a une drôle de réaction; il frissonne. Et ça c’est pas un frisson d’envie, c’est un frisson de peur. Je sais reconnaître la peur dans les yeux des gens, je peux la humer. Et ce n’est pas de moi qu’il a peur, parce qu’il me regarde fixement, toujours aussi interloqué. S’il avait peur de moi il détournerait la tête, n’oserait même pas regarder mes pieds. Il doit être furieux que j’aie fouillé dans ses affaires et que j’aie découvert précisément cela. Je préfère ne pas lui parler des autres photos, celles où je suis poilu.

    -Quel amour-propre, crois-tu vraiment plaire à tout le monde? Tu penses que ta gueule de rebelle me fait baver secrètement? Va te faire soigner la libido, Savage. T’es loin d’être mon type. Trop peu de matière grise, trop de chair entre tes cuisses.

    Bah justement … mon amour-propre n’est pas aussi prononcé. Moi j’aimerais bien ne pas y croire. Passer de Kathleen à moi, je trouve ça plutôt taré. Flatteur … mais complètement taré. Je préfèrerais qu’une ex amante de Kathleen s’entiche de moi. Tu crois que j’ai choisi de tomber là-dessus. Ouais, ok, j’aurais pas du fouiller … Mais on y est, là !

    -Et tu peux me dire ce qui t’a poussé à croire que…

    Il s’interrompt brusquement, et devient blême. Il a compris. Puis ses joues blêmes deviennent littéralement rouges. Si je n’étais pas si choqué, je me ficherais de sa gueule. Normalement j’ai pas mal d’humour, je devrais être capable, quand la poussière sera retombée, de tourner tout ça à la blague et d’arracher un petit éclat de rire à cet handicapé social qu’est Ahmon.

    -Tu… as vu… Tu les as vues ? demande-t-il en essayant de se redresser. Écoute. C’est pas ce que tu crois. Vraiment pas. Je peux t’expliquer. C’est les commandes. Les filles veulent des photos de toi dans une telle position. Je ne… Je n’en pince pas pour toi, voyons… Tu vas pas croire que moi… je pourrais…. Non, tu ne peux pas penser que j’ai envie de toi.

    Je l’écoute sans le regarder. Mine de rien, je me sens pas vraiment à l’aise dans cette conversation. Des commandes ? Je savais qu’il y avait un commerce de photos dans l’école, mené par Ahmon. Je lui ai moi-même passé quelques commandes bien salées à propos de filles inaccessibles mais je savais pas que ça marchait aussi dans l’autre sens. Je pensais pas que les filles étaient des petites cochonnes et voulaient me mater à poil. Ce qu’il dit c’est logique. Ça fait du sens. Je suis un peu rassuré. Mais pas totalement. J’crois que je le serai jamais. J’ai des doutes.

    -Tout cas … que ce soit vrai ou pas … je te préviens que t’as absolument aucune chance. J’suis pas intéressé.

    Je hoche la tête d’un air déterminé et, buté, je continue de regarder le mur derrière lui. Puis, un sourire espiègle se dessine sur mes lèvres et je ramène mon regard vers lui.

    -T’as les noms de celles qui t’ont demandé des photos ? Doit y en avoir des masses. Et si ça s’trouve, elles sont pas encore passées dans mon lit. Serait cruel de les en priver … tsé … je suis un gars généreux … Si tu me donnes leur nom j’irai les remercier de leur intérêt.

    J’espère qu’il y a pas de mecs qui m’ont demandé des photos. Ce serait plutôt embarrassant. Ce qui serait bien, ce serait que des femmes de l’extérieur en aient après mon corps. Là ce serait le pied … Sauf que je crois que je fantasme en couleur, là.


Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.november-rain.purforum.com
Gabriel Ahmon

avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 11/04/2009
Age : 28

About you
Sexe: Masculin
Âge: 15 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Une présence indésirable [Pv avec le sexy Rusty]   Ven 26 Mar - 23:39

-Tout cas … que ce soit vrai ou pas … je te préviens que t’as absolument aucune chance. J’suis pas intéressé.

Quel malheur, moi qui ai tant rêvé de ton corps maigre et musclé contre le mien, te savoir à jamais inaccessible me fend le cœur, me déchire de part en part. Je n’ai jamais autant souffert de toute ma vie, ce que m’a fait Ethan Miller est de la petite bière à côté de ton refus ferme. Tu sais, je croyais vraiment qu’un jour tu pourrais m’aimer, que nous pourrions nous aimer, mais tu réduis toutes mes insignifiantes espérances en poussière.

Mais tu es complètement stupide, Savage ! Tu m’agaces, non tu me fais royalement chier ! Toi et ta tête enflée, toi et ta bite fière, tu penses sérieusement que tout le monde en a après toi ? Que moi, je pourrais te désirer si ardemment ? Je préférerais qu’Alanthia me passe sur le corps plutôt que d’éprouver ne serait-ce qu’un vague sentiment de sympathie pour toi. D’ailleurs, le seul intérêt que je te porte se résume à cette autre nature que je soupçonne chez toi, à cette éventualité troublante, voire drôlement amusante, que tu sois bel et bien un loup-garou. Je t’ai sous le nez depuis tellement longtemps, et je n’ai rien vu. Un type comme toi, avec cette force et cette agressivité, n’a rien de véritablement humain. Même cet appétit sexuel qui t’anime n’a rien d’humain.

-T’as les noms de celles qui t’ont demandé des photos ? Doit y en avoir des masses. Et si ça s’trouve, elles sont pas encore passées dans mon lit. Serait cruel de les en priver … tsé … je suis un gars généreux … Si tu me donnes leur nom j’irai les remercier de leur intérêt.

Je soupire, découragé. Vraiment, cet arriéré est incorrigible. Savage affiche un sourire vorace et confiant : la liste de ses conquêtes s’étend jusqu’à une autre galaxie. Toutes les femmes se l’arrachent, du moins celles à qui il leur manque la partie du cerveau servant à raisonner. Doucement, je prends l’immense bol de framboises entre mes mains et le dépose à côté de moi, tout en m’assurant qu’il ne se renverse pas. Puis, je m’évertue à dénicher une position confortable avant de foudroyer Savage de tout le mépris dont je dispose en ce moment.

-Sinon, quelles chances aurais-je avec toi, vraiment ? dis-je avec ironie.

Rusty, qui ne me fixe plus depuis quelques minutes, reporte aussitôt son attention vers moi. Ses sourcils sont froncés, ses yeux plissés. Je me penche vers lui, du mieux que je le peux et lui souris.

-Tu sais, te voir aussi souvent à poil, ça reste imprimer dans la tête, lui susurré-je. Je dois avoir contemplé ton corps bien plus que toutes les filles. Et… que ça soit vrai ou pas, tu vas toujours te demander si oui ou non j’en pince pour toi.

Au final, son homophobie va peut-être me sauver : il va sans doute me ficher la paix après notre entretient qui m’apparaît tout à coup vachement amusant.

-Il y a deux personnes qui me demandent continuellement des photos de toi… les autres, c’est à l’occasion. C’est-à-dire les filles moches que tu ne regardes pas ou les vieilles mamies qui se languissent de toi. Mes clients principaux sont Brida Warget, la cuisinière de l’école, et Tim O’Grady. Il est dans ton équipe de sport, non? Si tu veux mon avis, évite les douches après l’entraînement, il pourrait profiter du moment où tu te penches pour ramasser le savon… tu vois ce que je veux dire?

Mon sourire s’élargit. Pour un peu, j’éclaterais de rire. L’expression déconfite, non totalement effrayée et dégoûtée de Savage me fait bien rigoler. Dans tes dents, Savage. Mes clients, je me fous de savoir qui ils sont et ce qu’ils feront des images tant qu’ils paient.

-Mais si tu veux mon avis, tu veux pas leur nom, tu veux pas les remercier de leur si gentil intérêt. Probablement que toutes les filles de l’école ont, au minimum, une photo de toi ou en ont déjà vue plusieurs.

Attends un peu. Je me fige, je deviens glacé, le souffle me manque. Il y avait des images compromettantes dans le dossier Savage, des images de loup… Soudain, je ne ris plus et je le regarder avec suspicion.

-Savage, as-tu fouillé tout le dossier?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://november-rain.purforum.com/index.htm
Rusty Savage

avatar

Messages : 675
Date d'inscription : 03/04/2009
Age : 27

About you
Sexe: Masculin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Une présence indésirable [Pv avec le sexy Rusty]   Mer 7 Avr - 12:19

listening to Bad Religion - Entropy


    -Il y a deux personnes qui me demandent continuellement des photos de toi… les autres, c’est à l’occasion. C’est-à-dire les filles moches que tu ne regardes pas ou les vieilles mamies qui se languissent de toi. Mes clients principaux sont Brida Warget, la cuisinière de l’école, et Tim O’Grady. Il est dans ton équipe de sport, non? Si tu veux mon avis, évite les douches après l’entraînement, il pourrait profiter du moment où tu te penches pour ramasser le savon… tu vois ce que je veux dire?

    Je déglutis. Tim ? Tim demande des photos de moi à poil ? Mais pourquoi il fait ça ? En plus à quoi ça lui sert ? On prend souvent la douche ensemble après le sport. S’il a besoin de se rincer l’œil, qu’il le fasse là ! Pourquoi transformer ça en obsession ? Pourquoi risquer que je tombe sur les photos et que je pose des questions ? Ark … Déjà que Gabe qui fantasme sur moi c’est lourd … Si Tim est de la partie en plus… Je secoue la tête. Ouais bon … Pense pas à ça, Rusty. Tu vas te faire des plis à force de t’inquiéter. Ark! quand même … Alors qu’il continue à me baver avec arrogance, Gabe se fige tout d’un coup, comme s’il venait de penser à un truc terrible. J’arque un sourcil. Il lève ses petits yeux terrifiés sur moi.

    -Savage, as-tu fouillé tout le dossier?

    J’émets un petit ricanement. Quoi ? Tu t’es pris en photo à poil et t’as peur que je sois tombé dessus ? Non. À part les photos avec Kathleen, t’es à poil nulle part. Mais je déconne … je sais très bien de quoi il parle, de quoi il s’inquiète très justement. Je me penche en avant.

    -En fait, ce que tu veux savoir, c’est si j’ai vu l’inscription « voir 16.29.10.9 » sur certaines photos, et si j’ai suivi l’indication. Je me trompe ? Non. C’est clair que j’ai raison. Je l’ai vue. Là tu te demandes si j’ai cherché le 16.29.10.9 ? Eh ben oui. Malin comme t’es, t’as du remarquer que quelqu’un avait brisé le cadenas de ton classeur top-secret.

    Je fixe mes yeux dans les siens, menaçant. Je suis tellement penché en avant que mon front touche presque le sien. Et je sais que même s’il fantasme sur mon compte, en ce moment, il peut pas penser à ça. Je sais à quoi il pense. Il sait que je sais. Moi, je ne sais pas exactement ce qu’il sait.

    -J’ai fouillé ton classeur avant de tomber sur mes photos. C’est du joli tout ça. J’y ai pas vraiment porté attention jusqu’à ce que je retrouve la même inscription sur des photos de moi. Qu’est-ce que ça veut dire, Ahmon ? Qu’est-ce que tes petits montages avec effets spéciaux ont à voir avec moi ? Tu veux que je te dise ce que je pense ? Probablement pas … Mais je vais te le dire quand même. T’es tombé sur la tête, Ahmon. Il y a rien de mystérieux dans tes photos : t’as juste photographié des fucking ours ! C’est pas plus compliqué que ça.

    Je le toise avec tellement d’insistance que je pourrais le brûler sur place. Il se ratatine dans son sofa, ses mains sont crispées et sa mâchoire … pareillement. Je ricane. Ça se croit malin. Ça enquête sur des « phénomènes paranormaux ». Ça croit comprendre quelque chose. Tout ce qu’il fait, c’est se mettre dans les pires ennuis imaginables. Il croit qu’il peut fourrer son nez partout. Mais en fait c’est qu’un trouillard comme tous les autres. Il n’a pas vraiment envie de comprendre ce qui se passe dans la forêt.

    -Si j’étais toi, Ahmon … je brûlerais toutes ces photos. Si quelqu’un tombe dessus, on va te prendre pour un fou et on va t’interner.

    Je hoche la tête. Fin de l’exposé. Ça … c’est l’hypothèse « Ahmon curieux ». Il y a l’autre hypothèse, aussi. Plus farfelue, j’y crois moins. Mais ce serait dangereux pour nous tous. Un chasseur. Il a pas la gueule de l’emploi. Et il manquerait de flair, puisque Noah partage sa chambre. Mais ça reste à vérifier. J’ai pas trouvé d’armes quand je suis revenu fouiller son dortoir mais on sait jamais …

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.november-rain.purforum.com
Gabriel Ahmon

avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 11/04/2009
Age : 28

About you
Sexe: Masculin
Âge: 15 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Une présence indésirable [Pv avec le sexy Rusty]   Ven 28 Mai - 14:30

-En fait, ce que tu veux savoir, c’est si j’ai vu l’inscription « voir 16.29.10.9 » sur certaines photos, et si j’ai suivi l’indication. Je me trompe ? Non. C’est clair que j’ai raison. Je l’ai vue. Là tu te demandes si j’ai cherché le 16.29.10.9 ? Eh ben oui. Malin comme t’es, t’as du remarquer que quelqu’un avait brisé le cadenas de ton classeur top-secret.

J’ai remarqué qu’on avait vidé la moitié des mes boîtes et que leur contenu, recouvrant la totalité du plancher de ma chambre, représentait pour la majorité des photographies de Rusty Savage. Ensuite, j’ai réalisé qu’il me manquait le dossier sur la petite copine de Savage et une image compromettante d’Alanthia Parker. J’ignore encore si je dois soupçonner Savage ou l’androgyne de ce vol, tant qu’Alanthia n’est pas au courant… tout me va. Seigneur, je crois bien que cette folle m’effraie autant que Miller ou que Savage à cet instant, avec ces petits yeux plissés et sa mine inquiétante.

-J’ai fouillé ton classeur avant de tomber sur mes photos. C’est du joli tout ça. J’y ai pas vraiment porté attention jusqu’à ce que je retrouve la même inscription sur des photos de moi. Qu’est-ce que ça veut dire, Ahmon ? Qu’est-ce que tes petits montages avec effets spéciaux ont à voir avec moi ? Tu veux que je te dise ce que je pense ? Probablement pas … Mais je vais te le dire quand même. T’es tombé sur la tête, Ahmon. Il y a rien de mystérieux dans tes photos : t’as juste photographié des fucking ours ! C’est pas plus compliqué que ça. Si j’étais toi, Ahmon … je brûlerais toutes ces photos. Si quelqu’un tombe dessus, on va te prendre pour un fou et on va t’interner.

Il se tait, enfin, et me toise avec mépris. Finalement, il se redresse et je profite de ce mouvement pour reprendre mon souffle. Oui, Savage est bien imposant. Oui, je le crains un peu, ou beaucoup, mais la discussion, bien trop intéressante, m’encourage à tenir tête. Alors, malgré la douleur, je tends un bras vers lui, agrippe le collet de sa chemise froissée et le tire vers moi. L’expression déconfite de Savage est à s’en rouler par terre, mais curieusement je n’ai pas envie de rire.

-Tu connais très bien le lien qui existe entre toi et ces images. Tu sais aussi bien que moi que dans peu de temps, ton corps subira une certaine métamorphose et tu iras courir dans la forêt et hurler au loup. Pas vrai? Je ne suis pas dupe, Savage. Les bêtes sur mes images sont réelles parce que je les ai réellement vues : ta véritable nature ne m’est pas inconnue.

Ah moins que Miller ne soit complètement et irrémédiablement fou et m’aurait entraîné dans ses délires. Peut-être suis-je le fruit de la folie de cet homme. Peut-être que ses confidences ne sont que des mensonges, des hallucinations bestiales. Non. Non. Je sais qu’il se trame dans cette école quelque chose de… surnaturel, d’incompréhensible. Et je me dis que si Miller existe bel et bien, alors les Loups-Garous le peuvent également.

-Tu crois que tous les humains frappent aussi fort? Tu penses qu’ils sont tous aussi agressifs, aussi impulsifs, aussi vifs? La moitié de l’école, probablement, ne correspond pas aux critères humains. Tu n’es pas plus humain que je suis beau garçon alors ne viens pas m’insulter et me traiter de débile.

Je le repousse brusquement, déclenchant ainsi une vive douleur dans mon épaule. Ma gorge émet une sorte de plainte étranglée et je porte immédiatement ma main à l’endroit douloureux. La morsure. La blessure. La preuve irréfutable que tout ceci est réel, si réel. Je jette un coup d’œil rapide en direction de l’horloge.

-Il se fait tard, Savage, tu devrais partir.

Je devrais être effrayé, mais la fatigue et la situation m’empêchent de réagir. Tout ce que je suis capable de faire c’est de le regarder sans sourciller, sentant quelque part dans ma tête une certaine crainte lucide de ce qu’il pourrait faire pour garder son secret sous silence.

-Je n’ai pas l’intention de dévoiler ce que vous êtes, Savage. Je ne suis pas ici pour nuire à toi et à ta bande. Tout ce que je veux, c’est comprendre et observer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://november-rain.purforum.com/index.htm
Rusty Savage

avatar

Messages : 675
Date d'inscription : 03/04/2009
Age : 27

About you
Sexe: Masculin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Une présence indésirable [Pv avec le sexy Rusty]   Dim 13 Juin - 11:37

Benny Benassi - Techno Cocaine

    Je ne sais pas trop à quoi m’en tenir, avec ce petit bâtard. Il me semble qu’il devrait avoir fini de me surprendre, depuis le temps. D’abord il me surprend parce qu’après toutes les volées que je lui ai sacrées, il tient encore debout. Il est un peu chancelant, mais il tient toujours. Avant de me poser des questions sur ma force, je me poserais des questions sur sa résistance. Il est impossible à briser, ce mec. Quoi que je fasse, je vais toujours l’avoir dans les pattes, je le sais. Il me surprend aussi d’être un voyeur, de prendre en photo des trucs tellement pas décents. Il m’a surpris quand j’ai compris qu’il couchait avec Kathleen. Je l’ai même un peu envié. Mais il me surprend toujours d’être aussi baveux alors qu’il sait très bien que je peux lui écraser la tête entre le mur et mon poing. Alors qu’il m’agrippe comme ça, par la chemise, en grimaçant de douleur, j’avoue que ça me laisse sans voix.

    -Tu connais très bien le lien qui existe entre toi et ces images. Tu sais aussi bien que moi que dans peu de temps, ton corps subira une certaine métamorphose et tu iras courir dans la forêt et hurler au loup. Pas vrai? Je ne suis pas dupe, Savage. Les bêtes sur mes images sont réelles parce que je les ai réellement vues : ta véritable nature ne m’est pas inconnue. Tu crois que tous les humains frappent aussi fort? Tu penses qu’ils sont tous aussi agressifs, aussi impulsifs, aussi vifs? La moitié de l’école, probablement, ne correspond pas aux critères humains. Tu n’es pas plus humain que je suis beau garçon alors ne viens pas m’insulter et me traiter de débile.

    Il me repousse aussi brutalement que ses petits bras maigres le lui permettent. Ce qui fait qu’en fait, je ne bronche pas. Je me contente de reculer. C’est loin d’être lui qui me fait reculer. Plutôt ce qu’il dit. Comment on a pu être assez naïfs, tous, pour croire que personne s’apercevrait de rien. Ahmon n’est clairement pas un débile. Il est clairement pas en train d’halluciner et il le sait, bon sang. Je déteste les petites fouines dans son genre. Mais s’il veut des aveux, c’est pas de moi qu’il va les obtenir. Il se presse l’épaule. Il a une trace de morsure. Je l’ai remarquée tout à l’heure et ça m’a intrigué. Ça ne peut pas être Kathleen, elle ne mord pas. Ce n’est pas l’un des nôtres qui a fait ça. C’est un humain.

    -Il se fait tard, Savage, tu devrais partir. Je n’ai pas l’intention de dévoiler ce que vous êtes, Savage. Je ne suis pas ici pour nuire à toi et à ta bande. Tout ce que je veux, c’est comprendre et observer.

    Comprendre et observer, mon cul. Je suis pas con à ce point là. Quand quelqu’un découvre ce qu’on est, ça reste rarement très longtemps innocent. Il y a tellement de profits à faire avec notre existence. Les crocs, les fourrures … tout ça se vend à un prix de fou sur le marché noir, c’est ce que m’a dit Andrew. Donc plusieurs personnes connaissent notre existence, si on s’arrache notre carcasse. D’où les chasseurs. Il y en a que c’est pour le profit, d’autre pour la découverte. Je sais pas lequel des deux est le mien. Ahmon est curieux, et il est déjà riche. Alors la fourrure, il en a rien à battre. Mais je le vois bien, penché au-dessus d’une table d’opération, en train de nous disséquer un à un. Je grimace. Je devrais le tuer maintenant, avant qu’il parle trop. J’aurais du le tuer il y a longtemps. J’ai eu tellement d’occasions de le faire mais non. Ahmon, je le vois comme un test. Si je peux me retenir de le buter, c’est que j’ai un contrôle meilleur que je croyais.

    -J’m’en vais, Ahmon. Mais c’est pas pour les raisons que tu crois. Je vais aller voir Andrew et lui dire que t’es timbré.

    En fait, depuis tout à l’heure, j’ai de petits picotements qui me parcourent le corps. C’est pour bientôt. Pour très bientôt. Je me précipite vers la sortie. À peine sorti de l’école, je galope vers la forêt. Si j’étais resté quelques secondes de plus, je lui aurais donné raison. Heureusement qu’il … Non. Pas heureusement. Ses théories vont nous nuire.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.november-rain.purforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une présence indésirable [Pv avec le sexy Rusty]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une présence indésirable [Pv avec le sexy Rusty]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'émigré haïtien actuel, un fardeau indésirable... pour les pays d'accueil.
» Petit tutorial pour Gimp
» un invité indésirable
» FOSTER, INDÉSIRABLE #1
» Une soirée macabre [PV Reliseth]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'école du Dahlia Noir :: Zone de RPG :: L'école du Dahlia Noir :: Troisième étage :: Les élèves :: 2 [Gabriel & Noah]-
Sauter vers: