AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mais non on fouine pas... Qui a dit ça ?! [Rustychou]

Aller en bas 
AuteurMessage
Christina Woodworth

avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 19/06/2009
Age : 35
Localisation : Là où le soleil brille.

About you
Sexe: Féminin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Mais non on fouine pas... Qui a dit ça ?! [Rustychou]   Sam 30 Jan - 14:12

C'est dingue comme il pèse rien ce type ! Il bouffe pas ou quoi ?
C'était l'une des réflexions qui avait occupé la matière grise de Chris pendant qu'elle et l'autre excité de Labrador-man ramenaient le pauvre Gabe jusque dans le dortoir des garçons.
Faire comme si de rien n'était. Ne pas attirer l'attention. Eviter de se faire pincer connement. Tout ça pour une malheureuse phrase. Heureusement que le week-end en matinée il n'y avait pas foule dans les couloirs.

"C'que t'es susceptible, putain !"

Seuls et uniques mots qu'elle avait daigné adresser à Savage durant leur trajet. Ouais parce qu'elle était un tout petit peu en colère quand même. Si si, ça lui arrivait aussi. Se méfier de l'eau qui dort, hein. Bon, ok, Chris dormait jamais vraiment et elle aimait bien le côté allumé de l'autre sauvage. Mais merde, elle avait décidé de faire profil bas là ! Mais Monsieur l'énergumène avait décidé de pas se contrôler...une fois de plus. Pas comme si c'était une surprise pour autant, mais un peu de calme de temps à autre, c'était bien aussi. Zen...un peu de "zénitude" quoi !
Ils venaient d'atteindre la chambre qu'Ahmon partageait avec son colloc'. Vide. Personne.

*Tant mieux.*

Ils entrèrent, chacun soutenant le garçon d'un côté. De loin - de très, mais alors trèèèèèèèèèèèèès loin, hein - on aurait pu croire à trois bons potes, bras dessus bras dessous, dont l'un avait peut-être bu, fumé, ou pris d'une autre manière une substance plutôt illicite. Mais ça faisait toujours moins flag que si elle ou Rusty avait porté l'échalas sur son dos. Là ils se seraient fait chopper direct, quoique...

"...j'me demande comment on a fait pour pas se faire gauler..."

Avec une parfaite synchronisation, les deux adolescents déposèrent Gabriel, inconscient, sur son lit.

"...on a vraiment le cul bordé de nouilles ma parole."

La jeune fille s'assit sur le bord du matelas, se passa une main sur le visage, et se décida enfin à fusiller son complice du regard.

"Tu sais ce qu'on risque avec tes conneries ?! Si tu veux démonter des mecs, c'est ton problème, mais dans ce cas attends au moins que je sois pas dans le coin !"

Elle se leva brusquement, soufflant sa colère dans le vide, et mit un coup de pied dans la porte restée ouverte.

"Et t'aurais au moins pu fermer la porte. Merde à la fin !"

Journée pourrie. Bon, il y avait aussi d'autres raisons à son énervement. En temps normal elle n'en aurait rien eu à foutre. Rien à battre d'être impliquée. Mais là, tout à coup, c'était comme si toutes les contrariétés qu'elle avait enfoui bien au fond de sa poche ressortaient pour lui cramer les orteils. Et il y en avait un paquet, de contrariétés. En ménage, la base c'est de pas balancer la poussière sous le tapis quand on balaye, sinon ça fini toujours par ressortir, et ça fait crade. En psychologie ça doit être pareil...

Plutôt que de continuer à brasser de l'air inutilement elle partit se servir un verre d'eau, laissant là Rusty qui regardait le photographe avec un œil presque inquiet - comme s'il s'attendait à le voir crever d'une seconde à l'autre.

"C'est bon, tant qu'il respire il est pas mort hein."

Ton sarcastique. Mais elle était revenue, visiblement calmée après avoir ingurgité presque un demi litre de flotte. A présent elle fixait elle aussi le brun, dont l'état général n'était guère reluisant, faisant l'inventaire de ce corps étrangement fait.

"Il est presque beau vu comme ça."

Remarque tordue ? Oui, un peu. Beaucoup même. Elle avait jeté ça en l'air, sans réfléchir, et en s'adressant autant à elle-même qu'à Savage. Mais ça n'avait pas l'air de la gêner.
S'approchant de lui, elle se pencha vers ce visage où les ecchymoses commençaient déjà à s'épanouir et dégagea quelques mèches de cheveux.

"Une belle gueule de martyr...ça s'invente pas."

Ca non. Un martyr, un vrai. Une victime. Pas ces pseudo victimes autoproclamées, non. Une vraie de vraie, attirant irrémédiablement les coups, insultes et brimades. C'était en soit exceptionnel, même si c'était loin d'être enviable.
Christina retira sa main et se redressa, sans quitter des yeux l'adolescent.

"Ca m'étonne pas qu'une nana comme Napesh ait..."

Comme si elle venait de se rappeler qu'il était dans la pièce elle se tourna d'un seul élan vers Savage, un sourire discret mais bien perceptible sur les lèvres, un éclat dans le regard venant confirmer qu'elle avait trouvé quelque chose d'amusant à faire...

"Les photos ! Elles sont ici, non ? Il faut que je les vois !"

Nan, elle n'avait pas besoin de les voir. Elle voulait les voir. Pour satisfaire sa curiosité, se distraire de son ennui, ou peut-être autre chose encore mais qui ne regardait qu'elle.
S'avançant vers Rusty, un doigt pointé sur sa poitrine, elle commença à chantonner.

"Because of curiosity
All the Vandals had to see
The golden throne
Of Ancient Rome
And brought the city to its knees...
"


Iggy Pop la mettait toujours de bonne humeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rusty Savage

avatar

Messages : 675
Date d'inscription : 03/04/2009
Age : 27

About you
Sexe: Masculin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Mais non on fouine pas... Qui a dit ça ?! [Rustychou]   Mar 9 Fév - 16:15

    Non mais est-ce que j’aurais pu penser à tout ça avant de lui tomber sur la gueule, à ce connard ? Moi, me trimballer un mec dans les couloirs de l’école, c’est pas mon fort. Et puis on s’entend que je le trimballe tout seul. Chris, de son côté, elle a pas à forcer. C’est pas qu’il est lourd. En fait, je pourrais le mettre sur mon épaule et hop! on aurait tout réglé en deux coups de cahier à anneaux! Mais de le mettre comme ça sur moi, ça aurait paru louche. De un, j’aime pas soulever des mecs. Je préfère les nanas. De deux … même Gabe, tout maigrichon, on se balade pas avec ça sur son épaule. Et il y avait ma mignonne à côté de moi, qui pensait m’aider à le traîner qui m’a dit que j’avais le pire caractère de la terre. C’était pas exactement comme ça qu’elle l’a dit mais on s’en fiche : ça veut dire la même chose. C’est moi qui ai ouvert la porte. Exactement de la même façon que j’ouvre la mienne : un coup sec sur la poignée et c’est tout comme s’il y avait pas de verrou. Ouais bon … Je suis incapable de ne pas perdre mes clefs. Ça fait bien chier Morowë d’ailleurs. J’aurais bien aimé que Noäh soit là. Il aurait su quoi faire, lui. Il sait toujours quoi faire. Plus débrouillard que moi, le mec. Il a toujours quelques bonnes idées pour me tirer des ennuis. Moi, la seule chose à laquelle j’ai pensé pendant le trajet c’était : putain, si Andrew ou Kathleen me chope, ils me renvoient direct dans ma cage, ceux-là. Pas de pitié. Pas de discussion. La fessée directe. On a déposé le flanc mou sur son lit et moi depuis tout à l’heure, je m’occupe comme je peux pendant que ma mignonne marmonne à propos de tout et n’importe quoi. Faut pas croire que je suis un taré. Je m’inquiète pour Gabe. Je voulais pas en faire tant. Un petit coup et ça aurait été terminé, non ? Normalement c’est ce que je fais ? Et puis il m’a pas cherché plus que de coutume ! Mais je sais pas … le fait de me faire traiter de tafiole par un mec qui a le profil pour en être une … C’est pas très intéressant. Ça m’a pas fait ben ben triper. Je m’appuie sur un énorme classeur et j’y reste, le menton bien enfoncé dans ma main. J’ai les yeux fermés, parce que ma mignonne va finir par me donner mal à la tête à force de tourner en rond comme ça. C’est les lions, qui tournent en rond dans leur cage : pas les mignons. Même moi je reste tranquille. Je me dis que je suis vraiment un gros lourdaud, que je suis trop susceptible. Faudrait que je me mette à un truc relax genre le tai chi ou encore le yoga. Mais je me vois pas porter des leggings et faire ami-ami avec la voix du vent. Mais il y a sûrement quelque chose qui existe dans ce monde et qui a pas l’air trop fou et qui serait capable de calmer mes manières de bête enragée. J’peux pas croire que c’est sans espoir.

    "Les photos ! Elles sont ici, non ? Il faut que je les vois !"

    J’ouvre les yeux. Les photos. Ouais. La chambre d’Ahmon c’est la place idéale pour voir des photos. Il y en a partout. Je regarde les murs qui en sont épinglés, les dizaines de pochettes de cartons, de sac, de boîtes qui en contiennent par centaine. Où il trouve le temps, ce mec, d’appuyer sur le petit bouton autant de fois dans la journée ? Je suis sûr qu’il prend plus de photos par jour qu’il y a de secondes dans une journée. Et j’exagère pas ! C’est le Lucky Luke de la photographie. J’interromps mes pensées quand je vois ma mignonne qui s’approche de moi en se dandinant légèrement, le doigt pointé vers moi. Elle chantonne. En anglais. Je pige rien de l’anglais moi. On me le répète, je l’apprends, je le chante. Mais faut pas m’en demander plus. Son index finit sa course en plein milieu de ma poitrine. Je lui attrape la main pour l’enlever, agacé. Et c’est là que je comprends de quelles photos elle veut parler.

    -Celles de Kathleen ?

    Je grommelle alors que dans son regard, une étincelle de malice apparait. Je ne peux réprimer un sourire. C’est vrai que je lui ai dit que je les lui montrerais. Sauf que … je regarde l’état de la chambre et pfiouu ! On n’a pas finit de la virer à l’envers.

    -Quand je les ai trouvées, elles étaient dans une boîte en carton. J’sais pas laquelle.

    Elles se ressemblent toutes et il doit il y en avoir une dizaine, bien en vue. Sans compter celles qui sont sous le lit. M’étonnerait qu’il garde ça à la vue de tous, vue la tronche qu’il a tirée quand je lui ai dit que je les avais vues.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.november-rain.purforum.com
Christina Woodworth

avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 19/06/2009
Age : 35
Localisation : Là où le soleil brille.

About you
Sexe: Féminin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Mais non on fouine pas... Qui a dit ça ?! [Rustychou]   Jeu 25 Fév - 10:41

Le vilain cabot avait grogné un instant, le temps de comprendre où Chris voulait en venir.

-Celles de Kathleen ?

Ah ben c'était pas trop tôt ! Elle hocha la tête d'un air entendu.

*Oui mon gars, j'en ai rien à foutre des photos de feuilles d'arbres tombées en automne.*

Savage, c'était pas une lumière. Heureusement qu'il était fun et bien taillé, il avait au moins ça pour lui.

-Quand je les ai trouvées, elles étaient dans une boîte en carton. J’sais pas laquelle.

La jeune fille balaya la pièce du regard. Bordel...Une boîte en carton ? Il avait rien de plus concret comme info ? Non parce que c'était pas comme s'il y avait...genre 200 de ces putain de boîtes dans la chambre.
Gabe aurait pas pu mettre un gros sticker rouge avec écrit en gros "photos compromettantes" dessus ? Ouais, franchement ça leur aurait facilité la tâche... Elle se gratta machinalement la nuque, recommençant à déambuler autour du lit sur lequel le brun gisait toujours, inconscient. Bon, où est-ce qu'elle aurait mis un truc qu'elle aurait pas voulu qu'on trouve...
Son regard revint vers Rusty.

"Sous le lit...?"

Sans attendre de réponse elle se mit à quatre pattes pour jeter un œil sous le sommier. C'était pas aussi crade qu'elle se l'était imaginé. Pourtant Ahmon avait pas l'air du genre maniaque du ménage. M'enfin, pour ce qu'elle en avait à foutre : il y avait des choses beaucoup plus intéressantes pour le moment. Comme les masses noires qu'elle apercevait très clairement.

"Ah ben en voilà des boîtes !"

Elle se colla au sol pour étendre son bras au maximum sous le lit. Du bout des doigts elle sentit qu'elle touchait au but. Un premier trésor fut extirpé de la pénombre, puis un second, et encore un autre... Quelques dizaines de secondes et de grammes de poussière plus tard, ce n'était pas moins d'une demi-douzaines de boîtes en carton qui trônaient sur le sol au centre de la pièce. Pas de nom dessus, juste des numéros sans queue ni tête. Pour Gabe ça devait avoir une signification, mais pour Christina...
La jeune fille s'assit en tailleur et tira l'une des boîtes vers elle tout en faisant signe à Savage.

"Fais-toi plaisir : le premier qui trouve un truc intéressant préviens l'autre."

L'adolescente avait l'impression d'être en pleine chasse au trésor. Ok, c'était puéril, impoli, pas sympa pour Gabriel, tout ce que vous voudrez. Mais c'était tellement amusant, avec juste ce qu'il fallait de petit goût d'interdit. Le premier couvercle soulevé révéla un amoncellement de photos jetées en vrac. Sauf qu'elles avaient toutes le même thème : Alanthia Parker.

"Bordel de m..."

Miss Monde dans toutes les situations. Au parc, devant son casier, en cours de sport.. On avait l'impression d'une nouvelle version de cette connasse de Martine. Vous savez : Martine à la plage, Martine à la ferme, Martine à poil sous la douche... De quoi ?!

"Putain ! Il a des photo de cette fille à poil ! Mais j'y crois pas ! Regarde ça Rusty !"

Elle lui tendit en riant une photo de la petite blonde dans le plus simple appareil. Rien que pour ça elle n'en voulait plus à ce crétin de Labrador-man d'avoir mis Ahmon au tapis : quel autre genre d'occasion aurait-elle eu de foutre son nez dans de telles merveilles ?
Ses mains continuaient de fouiller frénétiquement le carton, sortant toujours plus de clichés plus ou moins chastes et plus ou moins compromettants. Elle n'arrivait pas à se départir de son sourire, qu'elle avait jusqu'aux oreilles.

"Mais ce mec est un voyeur, c'est dingue... Qui se douterait, hein ?"

Franchement pas elle. Enfin pas à ce point.
Ce qu'elle venait de découvrir ne faisait que lui donner l'envie d'en voir encore plus. Et si au bout elle pouvait tomber sur les fameuses photos de l'infirmière... Sa main se saisit au hasard d'une autre boîte et l'ouvrit sans douceur, lançant le couvercle par-dessus son épaule. Alors ? A qui le tour ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rusty Savage

avatar

Messages : 675
Date d'inscription : 03/04/2009
Age : 27

About you
Sexe: Masculin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Mais non on fouine pas... Qui a dit ça ?! [Rustychou]   Mar 9 Mar - 18:35

listening to Bad Religion - The Handshake

    "Sous le lit...?"

    Qu’est-ce que j’en sais, moi ? Même si elles étaient là la dernière fois, il pourrait très bien les avoir changées de place. Moi, si j’avais un truc à cacher, je le laisserais pas toujours au même endroit. Moi je dis que la meilleure cachette, c’est celle qu’on oublie soi-même ! Pas bête, hein ? Et puis en fait, je sais pas pourquoi il cache ça. Moi, si j’avais une aventure avec une femme aussi canon que l’infirmière, je le crierais sur tous les toits, quitte à ce qu’elle me massacre. En plus, si j’étais Ahmon, je sauterais sur l’occasion de me défaire de ma réputation de tafiole. Je parle de lui, là. Pas de moi ! Je regarde Chris se jeter à quatre pattes pour atteindre ce qu’il y a dessous le lit. Moi je regarde ailleurs, je lève le nez, je fais comme si je la voyais pas : une fille à quatre pattes, ça me fait un effet monstre. Je préfère pas regarder, même si elle a l’air d’un mec. Je l’entends de loin s’exclamer sur la quantité de boîtes qu’il y a sous le lit. Quand je ramène mon regard ver elle, le danger était écarté : elle était assise au milieu d’une demi douzaines de cartons. Je m’accroupis.

    "Fais-toi plaisir : le premier qui trouve un truc intéressant préviens l'autre."

    Plutôt que de chercher dans les boîtes qu’elle a tirées de sous le lit, je m’attaque au classeur sur lequel je m’appuyais il y a quelques secondes, en commençant par le tiroir du bas. Rien d’intéressant ici. Des fleurs, des paysages, des trucs de la ville, des natures mortes. Je me mets à genoux pour attaquer le tiroir juste au-dessus quand une nouvelle exclamation retentit de la part de ma mignonne. Je me retourne. Aurait-elle trouvé ce qu’elle cherchait ? Si vite ?

    "Putain ! Il a des photo de cette fille à poil ! Mais j'y crois pas ! Regarde ça Rusty ! dit-elle en lui tendant une photo. Mais ce mec est un voyeur, c'est dingue... Qui se douterait, hein ?"

    Enfin, oui, on s’en doute. Mais Chris est une fille, elle n’est probablement pas au courant de ce que fait Ahmon pour se monter son argent de poche. Je décide de l’informer et je lui explique sans me presser, pendant qu’elle ouvre une autre boîte, que souvent, des mecs vont passer des commandes à Ahmon pour qu’il leur fasse des photos de la fille qui les fait rêver. Je l’ai même fait plusieurs fois. Il a pas son pareil pour photographier une fille à poil. Et le prix monte en fonction de la quote de la fille. Parker, elle doit pas valoir bien cher. Moi je me branlerais pas en pensant à elle. Yick ! Je secoue la tête et je remets la photo dans sa boîte et je retourne à mon classeur. Deuxième tiroir. Rien d’intéressant. C’est la forêt sous tous les angles possibles. Sur une des photos, il y a un cercle rouge et un post-it jaune. Je plisse les yeux pour discerner ce qui se trouve dans le cercle. C’est pas clair. Sur le post-it c’est écrit « voir 16.29.10.9 ». On dirait un numéro de loterie. Je referme le classeur et remarque, sur chacun des tiroirs, des numéros. Celui que je viens de fermer c’est 15. Celui du dessus, 16. Le seize est cadenassé. Une intuition me dit que je dois voir ce qu’il y a dans ce dossier. Je me lève debout et me place entre le classeur et Chris. Je fais sauter le cadenas et je cherche le dossier 16.29.10.9. Il est tout au fond, plutôt volumineux. Je l’ouvre en le laissant toutefois en place, et ce que je vois me glace d’effroi. C’est encore la forêt, mais on y distingue nettement des formes sombres et massives, des yeux, des crocs, des griffes. Je frémis, laisse échapper un « putain » murmuré. Sur chaque photo, il y a des notes au stylo, des notes de Gabe. Qu’est-ce qu’il trafique, ce merdeux ? Je ferme le classeur d’un coup sec et, livide, je me tourne vers l’adolescent bleu-rouge-mauve qui dort dans son lit. Mon regard est mauvais. J’essaie de me détendre.

    -Alors ? T’as trouvé quelque chose ? je demande à Chris.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.november-rain.purforum.com
Christina Woodworth

avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 19/06/2009
Age : 35
Localisation : Là où le soleil brille.

About you
Sexe: Féminin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Mais non on fouine pas... Qui a dit ça ?! [Rustychou]   Ven 26 Mar - 14:44

Quand Rusty entreprit de lui expliquer exactement le pourquoi des photos, la jeune fille en fut presque ébahie. Alors non seulement Ahmon était un voyeur, mais en plus il se faisait du fric avec ça ?! Elle ne s'était pas trompée en se disant que ce type était plus intéressant qu'il n'y paraissait.
Riant encore, secouant la tête de droite à gauche pour se calmer, elle attaqua une autre boîte alors que Savage retournait de son côté. Là encore des photos en masse, d'une autre étudiante. Trois ou quatre boîtes défilèrent encore entre ses mains. Et les sujets n'étaient pas seulement de sexe féminin. Soit les filles commandaient des photos à Gabe, soit il avait clairement des penchants homosexuels.

-Alors ? T’as trouvé quelque chose ?

Ah oui, elle avait failli oublié qu'elle n'était pas seule dans la pièce. Sans relever le nez, elle entama un rapport détaillé en ouvrant une nouvelle boîte, sans se rendre compte que le ton de voix de Labrador-man était étrangement tendu.

"D'autres photos. Y'a la moitié des élèves de la classe..."

Elle extirpa une pile de photos pour les examiner en pleine lumière.

"...même des mecs. Soit y'a aussi des commandes de filles, soit de types gays...soit notre ami photographe est branché mecs. Pas que j'en aie quelque chose à foutre mais...Bordel..."

Ce qu'elle avait sous les yeux fit momentanément bugger son cerveau. Elle reconnaissait parfaitement ce visage. Comment n'aurait-elle pas pu se reconnaître elle-même ?! A quel moment est-ce qu'il l'avait photographiée ? Elle ne s'en était même pas rendu compte. Ca foutait les jetons quelque part de se dire qu'on avait été suivi et pris en photo sans même s'en douter un seul instant.
Christina en resta sans voix l'espace d'une minute, les doigts crispés sur les clichés. La suite logique de ce qu'elle venait de trouver vint s'imprimer dans son esprit sous la forme d'une idée hyper désagréable : est-ce qu'il l'avait photographiée nue elle aussi ? Lâchant les photos, elle prit la boîte et la retourna sans ménagement avant de fouiller d'une main tremblante le tas qui s'étalait maintenant par terre. Sur celle-ci elle fumait au bord du lac...là c'était dans le couloir...sur un banc dans la cours intérieure... Rien, il n'avait rien d'autre.
Toujours secouée de frissons, elle se passa une main sur le visage.

"Putain j'ai flippé là..."

Elle devrait faire attention. Parce que s'il la prenait en traître il verrait. Et tout le monde pourrait voir. Parce que ce serait figé en image. Elle ne le supporterait pas. Ici elle avait la paix. Ici elle était tranquille. C'était à elle de choisir, personne n'avait le droit de l'exposer sans lui demander et...
Et Rusty la regardait bizarrement.

"Quoi ?"

Quoi, quoi ? Foutage de gueule ma fille, tu sais très bien quoi.

"Eh ben je suis pudique moi. Et puis me dire que des types de notre classe pourraient se branler sur une photo de moi à poil ça me fout les boules, ok ?!"

Mais oui, on y croit.
Christina récupéra précipitamment les photos et fila vers le coin cuisine. Après les avoir balancées dans l'évier elle y mit le feu avec son briquet. Et qu'on vienne pas lui dire qu'elle avait pas le droit de faire ça : elle avait pas cédé son droit à l'image à cet enfoiré d'Ahmon pour ce qu'elle en savait. Ces clichés étaient donc sa propriété à elle. Point.
Ce n'est qu'en revenant qu'elle prêta une réelle attention à Savage qui semblait décidément avoir un balai dans le cul. Est-ce que par hasard...

"Me dis pas qu'il a des photos compromettantes de toi..."

Elle en aurait bien rit, mais après la douche froide qu'elle venait de prendre et à la tronche que l'adolescent était en train de tirer...non.

"Finalement il l'a peut-être méritée sa paire de claques, même si j'avoue que j'aurais pas cogné aussi fort que toi."

Gabriel quand à lui gisait toujours inconscient sur son lit. A son réveil il aurait certainement une mauvaise surprise. Mais bizarrement Chris ne culpabilisait plus du tout en y pensant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rusty Savage

avatar

Messages : 675
Date d'inscription : 03/04/2009
Age : 27

About you
Sexe: Masculin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Mais non on fouine pas... Qui a dit ça ?! [Rustychou]   Lun 5 Avr - 9:06

listening to Bad Religion - Better off Dead


    Je hoche la tête, puis la secoue. C’est pas une réponse hyper cohérente, faut se l’avouer, mais ça ma réponse. Oui, il y a des putains de photos très compromettantes dans ce classeur. Mais c’est pas CE genre de photos compromettantes. Ça me fout les boules de savoir qu’il a pu me photographier dans cet état là. Bon. De ce que j’ai vu, il n’a pas fait le lien entre cette chose et moi, et c’est tant mieux. Mais maintenant, je me dis qu’il faut vraiment que je fouille toute sa chambre. Si ça se trouve, Gabe est un chasseur et ça nous pend au nez depuis des mois sans qu’on s’en soit douté. Qui d’autre qu’un de ses emmerdeurs amateurs de fourrure pourrait avoir un classeur qui parle de nous. Faut que je fouille tout. Je vais foutre cette chambre à l’envers. Mieux … Je pourrais prendre le contenu de son classeur avec moi et le brûler, pour éviter que quelqu’un d’autre tombe là-dessus. Et Noah qui partage cette chambre avec Ahmon. Ça pourrait être dangereux. J’essaie de faire concorder deux idées qui ne collent pas du tout ensemble : Ahmon le gringalet. Ahmon le gringalet avec dans les mains un fusil de chasse chargé à bloc. Ça colle pas. Mais il faut que je sois sûr. Je peux pas prendre le risque de laisser se balader dans l’école un type qui pourrait être dangereux pour nous tous. Je devrais dire à Chris de foutre le camp. Si je trouve quelque chose et qu’elle est là … Quoi qu’avec ce qui s’est passé sur le bord du lac, je suis sûr qu’elle sait. J’imagine qu’Andrew lui a parlé. Qu’est-ce qu’il lui aurait raconté ? Que j’étais un enfant sauvage qu’il avait tenté de réchapper du mieux qu’il avait pu ? Que j’étais un monstre incontrôlable ? J’ai quand même fait des progrès. Chris sait. Ou alors elle ne sait pas mais se pose des questions. Vaudrait mieux tâter le terrain.

    "Finalement il l'a peut-être méritée sa paire de claques, même si j'avoue que j'aurais pas cogné aussi fort que toi."

    Je hoche la tête et je me tourne. Je fais mine de continuer à fouiller. En fait je ne fais pas mine : je fouille. Ce n’est plus pour le plaisir de choper des photos compromettantes sur tout le monde mais dans le but de protéger les miens.

    -Au fait, ma mignonne. Tu t’souviens au bord du lac l’autre fois … quand j’ai failli …

    Jouons pas sur les mots.

    -Quand j’ai failli te tuer ?

    Je marque un silence. Comme j’entends rien derrière moi, je me dis qu’elle se souvient. Dur d’oublier. Je l’avais étampée dans un arbre – au sens propre du terme – et j’aurais pu lui casser tous les os du visage. J’aurais pu lui arracher la tête. C’est sûr qu’elle en est consciente, de ça.

    -On fait comme s’il y avait pas de malaise mais je suis un con. Je me suis pas excusé.

    C’est tout simplement parce que ce n’est pas dans mes habitudes naturelles de demander pardon. Je m’appuie sur un classeur et je tourne la tête vers elle sans vraiment la regarder.

    -J’m’excuse.

    C’est étrange, ces mots. Je les pense. Je regrette ce que j’ai fait. Mais de le dire … Pouah ! Ça brûle la langue, un peu comme un chewing-gum à la cannelle qu’on mâcherait toute la journée. Je me tourne à nouveau vers le classeur.

    -J’peux te demander … euh … Andrew t’a dit quoi, à mon sujet ? Enfin j’imagine qu’il a … essayé de m’excuser à ma place. Il fait toujours ça …

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.november-rain.purforum.com
Christina Woodworth

avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 19/06/2009
Age : 35
Localisation : Là où le soleil brille.

About you
Sexe: Féminin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Mais non on fouine pas... Qui a dit ça ?! [Rustychou]   Mer 7 Avr - 15:24

Savage n'avait pas dit un mot, mais son hochement de tête - aussi brouillon qu'il soit - et son air constipé vinrent confirmer qu'Ahmon l'avait aussi suivi et pris en photo. Pas cool ça.
Restée debout à regarder Gabe "dormir", elle ne savait plus vraiment si elle voulait encore foutre son nez dans toute cette merde. Après tout est-ce qu'il valait mieux pas tout laisser en plan, foutre le camp, et trouver autre chose à faire ? Elle n'avait pas vraiment eu le temps de décider de quoi que ce soit qu'elle cru entendre Rusty faire des excuses...des excuses ?!
Ni une ni deux, Chris se retourna vers lui. Elle avait besoin d'une confirmation visuelle de ce qu'elle venait d'entendre. Il lui tournait plus ou moins le dos, mais son attitude gênée était bien là. Si elle s'était attendue à ça...

Effectivement elle s'en souvenait - le contraire aurait été étonnant. Effectivement ils n'en avaient pas parlé. Mais contrairement à ce que l'adolescent semblait penser, dans le cas de Christina c'était bien parce qu'elle considérait qu'il n'y avait pas de malaise. Ouais, ça pouvait paraître légèrement fêlé comme raisonnement, mais avait-elle jamais prétendu être saine d'esprit ? Et puis elle se doutait bien que Savage n'était pas un monstre et qu'il regrettait son geste. Ca faisait partie des choses qu'elle "savait" d'instinct. Si elle avait douté un seul instant du contraire, c'est à lui qu'elle se serait adressée pour le "petit service" dont elle avait besoin, pas à...

-J’peux te demander … euh … Andrew t’a dit quoi, à mon sujet ? Enfin j’imagine qu’il a … essayé de m’excuser à ma place. Il fait toujours ça …

Ah, ouais, le dirlo.
La jeune fille laissa échapper un soupir, tira son paquet de clopes de sa poche et se posa en tailleur sur le lit de Gabe après avoir poussé les jambes de cet idiot sans ménagement pour se faire de la place. Elle avait besoin d'en griller une, là, tout de suite. Tant pis pour ce foutu règlement.

"Ouais, on a eu une petite discussion avec O'connell suite à ça. Et ouais, il s'est plus ou moins excusé à ta place. J'ai eu droit à un putain de laïus qui a duré trois plombes. Comme quoi t'étais un gentil garçon dans le fond, que t'avais des difficultés à gérer tes hormones, que l'adolescence ça peut poser des soucis surtout chez les mecs...ce genre de conneries. M'est avis qu'il en a fait un peu trop : il était pas juste inquiet que je puisse porter plainte pour coups et blessures."

Elle prit le temps de tirer longuement sur sa sèche et remarqua que Labrador-man l'observait du coin de l'œil tout en continuant de fouiller le bureau. Il avait l'air...tendu.

"Si tu veux savoir, je lui ai répondu que j'y croyais pas un instant. On peut me prendre pour une conne, mais ça veut pas dire que je le suis."

Cette fois Rusty daigna lâcher son tiroir pour se tourner plus franchement vers elle. Il avait vraiment pas l'air dans ses baskets. Dans un sens elle pouvait le comprendre : c'est la mort quand on a des trucs à cacher et que quelqu'un vient fouiller un peu trop près de l'endroit où on range ses merdes. Métaphore inside.

"Me regarde pas comme ça. Je sais pas ce que lui et toi vous cherchez à cacher, et j'en ai rien à foutre. Ce que je sais, c'est que je suis pas du genre à crever facilement, et que pour m'en coller une aussi sévère il suffit pas d'être "perturbé par ses hormones", si tu vois ce que je veux dire."

Et elle savait de quoi elle parlait. Des types elle en avait provoqués à la pelle. Elle en avait démolis plus d'un mais elle s'était aussi mangé de sacrées raclées. Mais jamais on ne l'avait étendue avec une telle facilité. Elle était parfaitement consciente que cet ado en face d'elle, qui pouvait avoir l'air presque banal, était bien loin d'être ce qu'il prétendait. Par contre...ça lui était complètement égal. C'était peut-être ce qui la séparait clairement d'un type comme Ahmon.

"Je suis pas Gabe, et j'en n'ai rien à foutre de tes petits secrets. J'ai déjà ma propre merde à gérer : je m'occupe pas de celle des autres. Et si je suis encore dans tes pattes malgré tout ce bordel, c'est en partie parce que je sais que tu peux me péter la nuque avec une seule main."

Elle y avait sérieusement pensé au début. Mais son père adoptif avait raison : ce mec était quelqu'un de bien dans le fond. Elle pouvait pas lui faire ça. Bah, elle trouverait bien un autre candidat... Ouais, elle était barrée. Rien que d'y penser elle éclata de rire. Mais envoyant la mine étrange de Savage elle se reprit.

"Te prends pas la tête avec ça. Retiens juste que j'accepte tes excuses, et qu'il y a pas de malaise. Et puis si tu décides de m'en parler un jour, je t'assure que je suis une tombe."

Au cours des dernières années la jeune fille avait eu l'occasion d'apprendre quelque chose d'important : quand on a l'habitude de garder ses problèmes pour soit, il est étrangement facile de garder aussi ceux des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rusty Savage

avatar

Messages : 675
Date d'inscription : 03/04/2009
Age : 27

About you
Sexe: Masculin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Mais non on fouine pas... Qui a dit ça ?! [Rustychou]   Mer 19 Mai - 9:16

Bad Religion - Tomorrow


    Parfois je me demande comment ça se fait qu’une escouade de chasseurs n’a pas encore débarqué pour tous nous descendre, nous enfermer et/ou nous étudier. Andrew a beau s’excuser de notre comportement, reste que si la plupart des gens sont très faciles à berner, il y en a quand même une pas pire quantité aussi qui ne goberait jamais nos mensonges. Après que j’aie fichu une raclée à quelqu’un, une fois, toujours avec autant de facilité, il avait dit à ce dernier que je prenais des stéroïdes. Que ça affectait ma musculature et mon humeur. Eh ben le mec il l’a cru et moi j’ai été sorti de l’équipe de foot pendant la moitié d’une année, parce que je refusais de passer un test d’urine pour dire que j’étais clean. Ça aurait dépisté autre chose que des drogues, ça j’en suis sûr. Bref, tout ça pour dire qu’il doit y avoir des histoires pas possibles qui circulent sur moi et qui se contredisent tout le temps. Je vais pas me plaindre; quand on amplifie, l’information réelle se perd dans le tumulte. J’en prends mon parti. Mais Chris n’est pas une conne. Elle vient de me le prouver. Elle s’est faite ses idées et personne ne lui fera croire que je suis un adolescent normal. Je serre les dents.

    "Te prends pas la tête avec ça. Retiens juste que j'accepte tes excuses, et qu'il y a pas de malaise. Et puis si tu décides de m'en parler un jour, je t'assure que je suis une tombe."

    Je lève les yeux vers elle, incertain. Je dois avoir l’air d’un chien battu. Je vois de l’amusement dans ses yeux. Et je crois que ça finit de me rassurer. Cette fille là n’est pas une idiote, elle n’a aucun intérêt à dévoiler ses soupçons, ses idées, ses théories. Même pas sûr qu’elle en ait, des théories, tellement ça doit lui passer 1101 pieds au-dessus de la tête. Je laisse échapper un petit soupire après quoi ma bouche s’étire en un large sourire qui dévoile mes dents. Je m’appuie d’un bras sur le classeur, déjà plus décontracté.

    -J’t’aime bien, ma mignonne. Si t’avais pas tant l’air d’un mec, j’crois que j’t’embrasserais.

    En fait c’est pas pour ça que je me retiendrais de l’embrasser. Ça va, c’est bon. J’ai compris que c’était pas un mec, en dessous de ces vêtements. Ce qui empêche Chris de me faire l’effet que toutes les autres filles me font, c’est le respect, je crois. Même si c’est une notion que j’ai parfois du mal à comprendre. Les gens qui utilisent ce mot l’utilisent dans des circonstances tellement variées et contradictoires que je ne sais plus quoi en penser. Non. Pour en revenir à Chris… je pourrais pas la vouloir parce qu’elle, elle voudrait pas. Elle a beau me sourire, là comme ça, être aimable et tout … sauf qu’après ce que je lui ai fait, elle me laisserait pas l’approcher de trop près. En tout cas moi j’ose à peine lui foutre une claque sur l’épaule ou lui entourer les épaules pour une accolade virile. Et si Chris était ce genre de fille à se coller et à réclamer de l’attention … je crois que je ne saurais pas comment réagir. Ouais bon, je m’perds, là. Je tousse, regarde à nouveau le classeur dont quelques tiroirs sont encore verrouillés.

    -Va falloir que tu m’aides. Faut que j’fouille tout. J’aurai jamais le temps tout seul, avant qu’il se réveille. Je serais encore là demain. On prend pas le temps de ranger. Les photos qu’on a vues et qui représentent aucun intérêt, on les balance par terre, sur le plancher. Les autres …

    Elle ne sait pas ce que c’est, les photos qui représentent de l’intérêt. Et si c’est elle qui tombe dessus plutôt que moi ? Non. Je suis plutôt sûr que c’est tout dans le classeur. Si je le fouille moi-même, c’est pas elle qui tombera sur les photos vraiment compromettantes. Mais comment elle saura qu’elle voit quelque chose d’intéressant …

    -On élimine les photos des filles à poil, l’album avec Kathleen … s’il t’intéresse tu peux le prendre. Mais c’est pas ça que je cherche, perso…

    J’hésite avant de donner une dernière précision. Est-ce que ce sera mal interprété, ou alors trop bien interprété ? Je sais jamais à quoi m’attendre, avec cette meuf. Je déteste ça. Bon ben … je vais suivre mon instinct, qui me dit qu’elle ne représente pas de danger. Après tout … c’est rare qu’il me trompe celui-là.

    -Si j’apparais sur une photo, tu gardes. Si il y a des plans de la forêt, tu gardes aussi. Et toutes les photos où il y aurait des animaux.

    Si on prend le temps d’y penser, là, je dois avoir l’air de chercher des photos compromettantes de moi, dans la forêt en train de baiser des animaux. Irk … Je me demande ce que je préfère … Qu’elle sache que je suis un loup ou qu’elle me prenne pour un zoophile.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.november-rain.purforum.com
Christina Woodworth

avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 19/06/2009
Age : 35
Localisation : Là où le soleil brille.

About you
Sexe: Féminin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Mais non on fouine pas... Qui a dit ça ?! [Rustychou]   Mer 19 Mai - 16:00

-J’t’aime bien, ma mignonne. Si t’avais pas tant l’air d’un mec, j’crois que j’t’embrasserais.

Il venait une fois de plus de réussir à la scotcher. A tel point qu'elle ne savait pas si elle devait simplement en être flattée ou bien en rire. Alors elle ne fit rien, ne dit rien, même si elle ne put empêcher un léger sourire de se dessiner sur ses lèvres. Et Savage eut tout à coup l'air un poil gêné par ce qu'il venait de dire. Est-ce qu'il regrettait ? Bah de toute façon elle n'en avait rien à foutre. Attention, pas qu'il lui était indifférent, non. Il était même tout à fait son type. Mais elle ne tenait pas à ce qu'il l'approche de trop près. Et elle s'arrangerait toujours pour garder une certaine distance. Pour la simple et bonne raison qu'elle ne voulait pas qu'il voit. Parce qu'elle venait de comprendre une chose : sous ses airs abrupts et son comportement violent, Rusty était...gentil. Aussi con que ça puisse paraître, il venait de se griller. Parce qu'il lui avait fait des excuses. Parce qu'il s'inquiétait un minimum pour elle.
Et si Chris avait une règle d'or, c'était bien celle de ne se laisser toucher que par de parfaits connards. Parce qu'un connard n'en a rien à foutre de vous. Il ne vous posera pas de questions, ne s'inquiètera pas pour vous, ne voudra jamais rien savoir. Aussi simple et évident que ça...

-Va falloir que tu m’aides. Faut que j’fouille tout. J’aurai jamais le temps tout seul, avant qu’il se réveille. Je serais encore là demain. On prend pas le temps de ranger. Les photos qu’on a vues et qui représentent aucun intérêt, on les balance par terre, sur le plancher. Les autres …

Au son de sa voix elle revint à elle et se rendit compte qu'elle était passée en mode autoréflexion, enfermée dans la bulle de sa boîte crânienne.

"De quoi...?"

-On élimine les photos des filles à poil, l’album avec Kathleen … s’il t’intéresse tu peux le prendre. Mais c’est pas ça que je cherche, perso… Si j’apparais sur une photo, tu gardes. Si il y a des plans de la forêt, tu gardes aussi. Et toutes les photos où il y aurait des animaux.

"Euh, d'accord..."

Sans être vraiment sure d'avoir compris la logique de tout ça, la jeune fille écrasa sa clope sous sa semelle, balança le mégot dans un verre d'eau posé sur la table de nuit de Gabe - bien fait pour ce crétin - et se leva pour recommencer à fouiller en suivant les instructions de Labrador-man. Finalement elle n'avait plus trop envie de voir ces fameuses photos avec l'infirmière. L'euphorie précédente était retombée depuis un bon bout de temps - depuis qu'elle était tombée sur elle-même à vrai dire - et elle avait franchement reconsidéré l'option "se barrer d'ici", qui lui paraissait maintenant la meilleure. Mais s'il restait des photos que Savage voulait faire disparaître alors autant lui filer un coup de main. Le seul truc c'était...

"Me dis pas qu'un de tes passe-temps c'est de courir à poil dans la forêt..."

Elle avait sorti ça machinalement, sans même lever le nez du nouveau carton qu'elle venait de trouver. Du coup elle n'attendait pas vraiment de réponse, ce qui valait peut-être mieux vu le mutisme de Rusty. M'enfin si c'avait été vrai ça l'aurait pas vraiment choquée : chacun fait ce qu'il veut après tout, dans la mesure où il fait pas chier les autres...c'était son crédo à elle et elle aurait aimé que plus de gens le suivent. Mais nan, il y avait toujours des emmerdeurs comme Gabe pour venir foutre leur nez chez le voisin et juger. Ou pire, le faire simplement pour assouvir leur curiosité.
L'adolescente jeta un œil au garçon inconscient sur le lit. Quel fouille-merde celui-là. Quelque part elle comprenait un peu mieux pourquoi Labrador-man avait le poing aussi sensible en sa présence, même si visiblement il n'avait aucun sens de la mesure. Mais ça...

Trois cartons et une montagne de photos d'élèves dénudés entassées sur le sol plus tard, elle tomba sur un drôle de classeur. Et ledit classeur contenait effectivement des clichés d'un genre bien différent. Comment Savage pouvait-il savoir...?
La forêt. Sur certaines elle percevait clairement des ombres. Non, pas juste des ombres, il y avait des yeux et... Putain c'était pas des bestioles normales ça !
Elle jeta un coup d'œil à son comparse qui fouillait fiévreusement de son côté. Ca lui tenait à cœur, c'était évident. Ca avait une signification pour lui, c'était quelque chose qu'il connaissait parfaitement. Comment aurait-il pu lui indiquer quoi chercher et ce qu'elle allait trouver sur les photos autrement ? Retournant au classeur, elle fit tourner les pages. Des photos floues, d'autres plus nettes. Celles avec les choses indéfinies semblaient prises la nuit. Et puis sur celle-ci...Rusty. La lumière sur le cliché indiquait qu'il avait été pris tard le soir ou tôt le matin. Elle avait été prise en mouvement semblait-il, mais le sujet était parfaitement reconnaissable.
Chris ferma le classeur sans chercher à voir les photos suivantes, se leva, et le déposa près de Savage.

"Tiens, je pense qu'il faut tout garder là-dedans..."

Il se saisit de l'objet un peu trop précipitamment à son goût. Elle ne savait pas de quoi la situation retournait, et elle n'avait pas envie de savoir, à moins qu'il ne veuille le lui dire. Elle comprenait parfaitement. Quand on traîne un truc que les autres ne voient pas, ils changent lorsqu'ils l'apprennent. Et c'est juste violent à vivre, parce qu'on fini par détester les gens, même ceux qui sont sympas. Tout simplement parce qu'on se répète à longueur de temps : "Si tu savais tu m'approcherais même pas"...

"T'inquiète pas, j'ai pas regardé tout l'album, je me suis arrêtée à la moitié. M'enfin je pense que ça entre dans ce que tu m'as décrit. Et surtout on te voit sur une des photos."

Lorsqu'il la fixa elle ne sut pas vraiment quoi lire dans son regard. De la panique ? De la honte ? De la colère ?

"Ecoute je sais ce que c'est de..."

...de quoi ? De vouloir cacher certaines choses ? Et alors ? A quoi ça l'avançait ? Chaque cas était différent. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien savoir de ce qu'il traînait dans ses valises lui ? Rien. Et qu'est-ce que ça pouvait lui apporter de dire un truc pareil ? Chercher à le rassurer ? Conneries.
Elle se contenta de baisser les yeux et de retourner à son carton.

"Je vais voir s'il y en a d'autres. Faut qu'on s'active, je pense pas que l'autre crétin va dormir comme un bébé pendant cent-sept ans non plus."

Voilà, s'occuper, finir ça, et se casser. Puis retourner à sa piaule en priant qu'il n'y ait personne, prendre une douche et se recoucher. Ouais. Se recoucher et espérer ne pas rêver. Juste dormir. Elle en avait besoin, elle sentait cette vilaine boule à l'estomac qui la guettait dans l'ombre. La salope, elle s'était pourtant tenue tranquille jusque là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rusty Savage

avatar

Messages : 675
Date d'inscription : 03/04/2009
Age : 27

About you
Sexe: Masculin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Mais non on fouine pas... Qui a dit ça ?! [Rustychou]   Sam 5 Juin - 10:45

Marilyn Manson - The Nobodies

    "Euh, d'accord..."

    Ça c’est merveilleux. Une fille qui se contente de dire « d’accord » quand on lui demande quelque chose, c’est salement rare qu’on peut tomber là-dessus. C’est un coup de chance que je me trouve ici avec Chris – et l’autre ahuri étendu dans son lit mais on s’en branle de lui – et pas avec une plaie vivante comme Princesse Peach. Juste à l’évocation de cette fille, je frémis. Je l’ai rencontrée que quelques fois. J’ai pas aimé. Trop de mots dans cette petite tête. Trop de mots inutiles qui brisent le silence quand il est bien campé. Pas moyen de réfléchir avec une fille dans son genre. Pas moyen d’être sérieux. Bon, je ne devrais pas parler. Je suis rarement sérieux. Sauf quand il le faut. Comme en ce moment. Putain ce que j’aimerais être comme tout le monde et ne rien savoir de tout ça. Ou mieux. Je préfèrerais qu’Andrew ne soit jamais venu me reprendre dans la forêt. Comme ça, j’aurais jamais compris que j’étais à moitié humain et j’aurais pas eu à apprendre tout ce qui vient avec. Les problèmes, les inquiétudes, un nouveau langage. Et tout le monde qui se demande comment ça se fait que j’ai des résultats aussi pourris dans toutes les matières qui nécessitent un brin de jugeote. Et surtout, si j’étais resté comme j’étais avant, je ne serais pas ici en train d’essayer de récupérer les miettes d’un secret, parce que je n’aurais tout simplement pas de secret. Mieux ! Je serais probablement déjà mort de vieillesse, ou tué par un plus jeune, plus puissant. En tout cas je serais pas dans cette chambre en train d’entraîner une fille que j’aime bien sur une pente vachement trop glissante pour elle. Si elle devait comprendre, m’affirmer qu’elle a tout saisi, je serais forcé de le dire à Andrew et aux autres. Tous ceux qui savent sont un danger potentiel. Je jette un regard noir en direction du lit d’Ahmon. Même un microbe comme Ahmon peut représenter un danger terrible. J’émets un grognement et je me remets à fouiller avec frénésie dans les tiroirs, les dossiers. Même le plancher est un bon secteur de recherche. Il y a des putains de boîtes partout. J’en ai même piétiné une tout à l’heure.

    Je reprends mes recherches. Il y a des photos de plus en plus précises. Heureusement aucune ne permet de faire un lien direct entre moi et les formes dans la forêt. Mais je devine que dans sa petite tête de détective, Ahmon fait lui-même les liens. Il peut s’imaginer n’importe quoi. Je ne sais pas combien de temps je passe à fouiller dans les photos, mais j’ai des crampes dans les doigts. Je m’écrase par terre, une pile de photos dans les mains, je les passe une à une, pour être sûr de ne rien manquer d’important. La plupart des photos finit sur le plancher, au milieu de la place, où je les lance avec agacement. C’est fous ce qu’il y ne fait rien de sa vie autre que prendre des photos, ce mec. Il y a clairement toute son existence là-dessus. Et pourtant pas une photo de lui. Sauf celles que j’ai vues dans l’album de Kathleen, et on peut deviner que c’est elle qui les a prises. Ou alors il apparait un peu, parce qu’il a pris la photo à bout de bras. J’entends Chris se lever. Elle pose un truc à côté de moi.


    "Tiens, je pense qu'il faut tout garder là-dedans..."

    Je m’empare de la boîte comme s’il s’agissait de la chose la plus importante dans ma vie. Ou si c’était ma vie, tout simplement. Je l’entrouvre, regarde les premiers clichés et je pousse un soupir sonore. Je laisse aller ma tête par derrière et elle va frapper le mur. Je reste un moment comme ça, immobile, à fixer le plafond à travers mes paupières closes.

    "T'inquiète pas, j'ai pas regardé tout l'album, je me suis arrêtée à la moitié. M'enfin je pense que ça entre dans ce que tu m'as décrit. Et surtout on te voit sur une des photos."

    Je ramène mon regard sur elle, défait. Je ne crois pas m’être senti aussi moche de toute ma vie. Même le jour où Kathleen a été mordue à cause de moi. Toute l’entreprise d’Andrew est photographiée dans ses boîtes, son projet, son secret, ses rêves. Et ces photos pourraient tout gâcher. Comment ça se fait qu’on a jamais su que quelqu’un nous photographiait ? Comment ça se fait qu’on ne l’ait pas senti ? Comment ça se fait qu’on se soit fait avoir comme des débutants ?

    "Ecoute je sais ce que c'est de... Je vais voir s'il y en a d'autres. Faut qu'on s'active, je pense pas que l'autre crétin va dormir comme un bébé pendant cent-sept ans non plus."

    Je secoue la tête, atterré. Je me donne une petite poussée avec le dos contre le mur pour me relever. J’ajoute la petite boîte que Chris vient de me donner sur le dessus du carton que j’avais déjà et je le prends sous mon bras.

    -C’est pas la peine de chercher plus. J’ai remplis un carton complet avec des photos compromettantes. Je vais les ramener, y foutre le feu. Le peu qu’il doit rester … C’est un gars brillant, Ahmon. Il devrait comprendre, avec tout le bordel dans sa chambre, qu’il a intérêt à ne pas foutre son nez plus loin dans nos affaires.

    J’aimerais avoir tout trouvé, pouvoir tout brûler. Si j’étais un temps soit peu méchant, vraiment méchant, je brûlerais toutes les photos, pour être certain de rien oublier. Mais il y a toute sa vie sur ces photos, vue par l’œil de son appareil. Je vais pas lui enlever ça. Je préfèrerais le tuer lui, le tuer et l’envoyer crever avec toutes ses petites théories bidons. Je m’approche du lit d’Ahmon. Je pourrais facilement l’étrangler. Lui défoncer la tête dans le matelas, contre le mur, ou whatever ! Mais je le ferai pas. Un; Chris est avec moi. Deux; je suis pas un salaud. Et j’arrive toujours pas à me rentrer dans la tête que cet asticot peut être dangereux. Je ne le tuerai pas. Je me contente de lui cracher au visage.

    -Tu viens ? je fais en allant vers la porte. Je me débarrasse de ça, et j’ai bien envie d’aller acheter des bières.

    De mon bras libre, je l’attrape par les épaules et l’entraîne avec moi. Elle est toute petite à côté de moi. Elle tremble un peu. Je me dis que c’est peut-être parce qu’elle a peur de moi, je devrais lâcher. Mais elle ne fait aucun mouvement pour s’éloigner. Je me tiens après elle, et vice versa.

    -T’as l’air d’en avoir besoin, toi aussi.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.november-rain.purforum.com
Christina Woodworth

avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 19/06/2009
Age : 35
Localisation : Là où le soleil brille.

About you
Sexe: Féminin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Mais non on fouine pas... Qui a dit ça ?! [Rustychou]   Lun 7 Juin - 15:11

-C’est pas la peine de chercher plus. J’ai remplis un carton complet avec des photos compromettantes. Je vais les ramener, y foutre le feu. Le peu qu’il doit rester … C’est un gars brillant, Ahmon. Il devrait comprendre, avec tout le bordel dans sa chambre, qu’il a intérêt à ne pas foutre son nez plus loin dans nos affaires.

Ah ? Bon...
Tant mieux. Elle n'avait plus vraiment envie d'être ici. Elle ne savait plus vraiment comment elle se sentait. Un vague souvenir semblait vouloir lui rappeler qu'elle avait pourtant commencé la journée du bon pied. Ca datait de quelques heures à peine mais si on lui avait dit qu'une année entière venait de s'écrouler, elle l'aurait cru. Parce que là, elle se sentait...comme un lendemain de cuite. Les nausée bien présentes, le trip en moins.
Sans grande conviction elle observa Rusty s'avancer pour cracher à la figure du photographe toujours dans les vapes. Il l'avait bien mérité. Elle aurait dû faire la même chose d'ailleurs, pour le principe. Mais elle ne savait même plus si elle détestait ce pauvre type incapable de vivre sans son appareil photo. Elle était fatiguée. Elle avait mal au ventre.

-Tu viens ? Je me débarrasse de ça, et j’ai bien envie d’aller acheter des bières.

C'est lorsqu'elle se senti entraînée qu'elle se fixa de nouveau sur des choses plus concrètes. Labrador-man venait de l'embarquer comme si elle ne pesait rien. Faut dire qu'elle n'avait pas vraiment résisté, vu son absence passagère. Elle ne réagit pas plus lorsqu'il la libéra, se contentant de marcher à côté de lui.

-T’as l’air d’en avoir besoin, toi aussi.

Chris leva vers lui un regard interloqué.
De quoi ? Besoin de quoi ?
Elle avait carrément décroché pendant quelques minutes... Puis elle sembla redevenir un peu plus normale.

"Ah ! Ouais, t'as pas tort. Il m'a contrariée ce con, ça me fera du bien de boire un coup."

Et puis ça ou dormir...
Elle ne savait même pas si elle pourrait faire le vide avec juste un peu de sommeil. Autant boire en bonne compagnie, au moins elle se changerait les idées. Ouais. Parce que là, pour l'instant, même si son cerveau avait repassé la seconde, ses tripes pesaient toujours une tonne.
D'ailleurs, maintenant qu'elle y prêtait un peu plus attention, elle avait carrément l'impression que quelqu'un s'était amusé à les lui sortir hors du bide pour tricoter un pull avec.

"Oh bordel..."

Une contraction la plia en deux. Ca faisait un bail qu'elle n'avait pas eu mal comme ça. On lui avait dit que c'était psychologique. Eh bien si ces crétins avaient subi au moins une fois ce qu'elle ressentait là, tout de suite, elle était sure qu'ils auraient pensé à deux fois avant de lui dire que c'était son esprit qui lui jouait des tours. Parce qu'elle savait ce que c'était que la douleur : mais celle-ci en particulier était bien la seule qui pouvait la mettre au tapis.
Psychologique, mon cul...
Du coin de l'œil elle vit que Savage la regardait avec un air étrangement inquiet.

*Ah non, arrête ça.*

Elle prit sur elle, se redressa et reprit sa marche en essayant de faire bonne figure.

"T'inquiète, j'ai encore dû bouffer un truc que je digère pas. Pas très glamour, je sais."

Sur quoi elle rit. Comme elle pu. De toute façon elle n'était pas douée pour ça déjà au naturel alors...

"Allez, on va cramer toute cette merde et puis se poser un peu. On l'a bien mérité, non ?"

Ouais. Sans aucun doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mais non on fouine pas... Qui a dit ça ?! [Rustychou]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mais non on fouine pas... Qui a dit ça ?! [Rustychou]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Aristide : « Sélection mais pas d’élections ! »
» Haitiinfos: Il n'est pas neutre mais il essaye d'être objectif
» Ah non, mais c'est quoi, ça?!?! (pv Saria J. Drakoya) [Abandonné ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'école du Dahlia Noir :: Zone de RPG :: L'école du Dahlia Noir :: Troisième étage :: Les élèves :: 2 [Gabriel & Noah]-
Sauter vers: