AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Information capitale [pv Andrew]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kathleen Napesh

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 07/04/2009
Age : 27

About you
Sexe: Féminin
Âge: 31 ans
Réputation:

MessageSujet: Information capitale [pv Andrew]   Jeu 10 Juin - 10:51

Michel Rivard - Tout simplement jaloux

    -Andrew il faut que nous parlions.

    Je ne peux m’empêcher d’afficher un sourire satisfait quand je le vois sursauter. Il ne m’a pas vue venir, ni même sentie. Il devait être très concentré sur autre chose. Mon regard cherche l’endroit où le sien était posé quelques instants avant. Et c’est bien ce que je pensais. Des jupons sur des jambes nues qui avancent à un rythme qui fait délicieusement bien se balancer les hanches des jeunes filles qui les portent. Oui, moi aussi je ne complairais à cette vue, si je n’avais pas un minimum de retenue et de savoir vivre. Ah si, et des principes. Je ne touche pas aux élèves, moi. Plus. Je ne touche plus aux élèves. Une fois m’a suffit et je suis parfaitement consciente de la gravité de la chose. Andrew n’en est pas encore là dans ses raisonnements. Pour lui, reluquer sous les jupes des mineures est parfaitement normal. Ce qu’il ne faut pas entendre. Et s’il savait que j’avais eu des … des rapports avec un étudiant, je suis sûre qu’il trouverait ça normal. Il serait peut-être juste … agacé. Contrarié. Frustré. Mais c’est Andrew. Je ne m’en fais pas trop avec son opinion. C’est un homme de Cro-Magnon.

    -Je ne faisais rien de mal, Kathleen.

    -Je sais, je sais. Vous ne commettez jamais le moindre impair. Venez avec moi.

    Il bougonne un peu mais me suit à contre cœur. Il ne rouspète jamais très longtemps avec moi. Ce que je décide, habituellement, il s’y colle. Parce qu’il sait très bien quel genre de caractère je possède. Il en a essuyé les coups à plusieurs reprises. Vraiment … je me demande dans quel genre d’établissement je suis tombée pour avoir le droit de cogner sur mon patron. Remarquez que je ne m’en plains pas. Avec un patron comme Andrew, on n’a pas vraiment le choix. Sinon il aurait toujours le regard plongé dans notre décolleté. Je soupire, le mène jusqu’à son bureau. Là, derrière la bibliothèque, j’actionne le mécanisme de l’ascenseur, qui s’ouvre juste devant nous. Je lui fais signe d’entrer. J’appuie sur le bouton du deuxième sous-sol. Au troisième, il risquerait d’y avoir certains de nos jeunes protégés. Et directement dans le bureau, n’importe qui pourrait entrer, ou être à l’écoute. Le deuxième sous-sol est comme un demi étage, en fait, un entre deux. Le plafond est à peine plus haut que ma tête et quelqu’un d’un peu plus grand que moi devrait se pencher pour ne pas se cogner. Ça n’est pas décoré. Ça n’est qu’un espace vaste pleine d’écho aux murs plâtrés. Et ça sent l’entre deux… Je renifle.

    -C’est Rusty qui …

    -Qu’est-ce qu’il a encore fait celui-là ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.november-rain.purforum.com
Andrew O'connell

avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 02/04/2009

About you
Sexe: Masculin
Âge: 43 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Information capitale [pv Andrew]   Lun 28 Juin - 0:41

La méfiance qui composa alors mon visage était d’autant plus anéantie par les coups d’œil subtils que j’adressais au décolleté plongeant de ma très chère et douce collègue. Euphémisme. Douce, cette horrible lesbienne frustrée? Elle me rappelle les ours au tempérament acerbe que je croisais parfois dans les montagnes, alors que j’étais un loup féroce et puissant. De véritables adversaires, ces ours balourds. J’inspectai les épaules larges de Kathleen, son buste impressionnant et figé, ses muscles crispés qui ne demandaient que de s’activer.

-Andrew, si vous continuez à reluquer mes seins…

-Vous m’aviez interdit de tripoter les jumeaux, non de les contempler avec amour.

Ah, cette chère Kathleen. Si embarrassée, non contrariée par la salive qui abonda sur mon menton. Kathleen, la mine sombre, le regard menaçant, produisant un étrange grondement des plus inquiétants, fit un pas dans ma direction… et je reculai de plusieurs mètres, rigolant et plaisantant, gesticulant comme un petit fou et imitant un rire niais. Je me grattai le fond du crâne, un brin anxieux. Je n’ai pas envie de me battre aujourd’hui… ni de me faire écraser par cette dame au gros gros nichons.

-Voyons, Kathleen, ma très chère infirmière, ne soyez pas aussi agressive. Allons, allons, quel est dont le sujet de ce grave et terrible entretient? Rusty, mon adorable fiston, a dévoré quelqu’un au petit déjeuner? A-t-il mordu un autre élève, abattu l’un de ses condisciples… fugué pour retrouver son ancienne vie, sa véritable nature?

Le sourire amusé sur mes lèvres ne correspondait pas à cette inquiétude qui m’envahissait de plus en plus. Je suis las, si las de le surveiller, de le châtier, de le rééduquer. Oh là, j’aurais tant besoin de réconfort, d’un peu de chaleur. Ces jours-ci, ma vie est difficile, exténuante. D’abord la secrétaire qui me fait des scènes quant à mon infidélité chronique. Ensuite, Kathleen qui rejette mes avances avec une violence inouïe. Et ses loups-garous qui se dissimulent dans la ville. Je les sens. Ils approchent. Et qui dit loups-garous dit chasseurs. Oui, un peu de réconfort, c’est tout ce que je demande.

-Votre poitrine est si… chaude, si moelleuse.

J’ai la tête enfoncée dans le sillon de ses énormes seins, chacune de mes mains soutient ces melons fermes et généreux.

-Ah, ma gentille infirmière… le destin me punit en vous rendant gouine.

Ouch… Bien avant que je ne réagisse – c’est qu’elle est rapide, vous comprenez -, le poing de Kathleen percuta fougueusement ma mâchoire et, au lieu de m’écrouler comme une lamentable loque, je virevoltai dans les airs et heurtai le mur à toute vitesse. Inutile de mentionner que je reste assommer quelques minutes alors que ma partenaire s’épousseta les mains, grondant des jurons colorés. Ouch… bobo…

-Vous êtes ridicule, Andrew.

-Non… tout simplement fou amoureux de vous.

Je me relevai, massant vigoureusement mon visage endolori. Je m’assurai que toutes mes dents étaient intactes avant de foudroyer ma collègue d’un regard venimeux. Quelle femme! Vraiment! Je l’épouserais sur le champ! Parlez-moi des femmes brutales, des femmes violentes, des dominatrices cruelles, je les épouserais toutes! L’image d’un millier de Kathleen qui me maltraite me laisse plutôt frémir de frayeur – ou d’horreur.

-Bon. Bon. Un peu de sérieux, sinon vous risquez de m’administrer une punition exemplaire… et j’aimerais pouvoir marcher et me dresser bien droit et haut… Qu’y a-t-il de si urgent, de si alarmant?

Parce qu’elle m’a quand même interrompu dans ma contemplation des mini-jupes. La situation doit être critique, voire catastrophique. Je m’attends à l’apocalypse, à la fin du monde, à la disparition totale des femmes… mais certainement pas à ça

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kathleen Napesh

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 07/04/2009
Age : 27

About you
Sexe: Féminin
Âge: 31 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Information capitale [pv Andrew]   Mer 21 Juil - 21:59

    Oui, tout à fait ridicule. Je n’ai jamais connu, de toute ma vie, d’homme aussi grossier. Et pourtant j’en ai vu de toutes les couleurs, quand j’ai travaillé auprès des jeunes délinquants. Et alors, à l’époque, j’étais beaucoup plus tolérante. Comme je suis plus tolérante ici avec les élèves qu’avec ce grossier personnage d’O’connell. Ça n’est pas pour veiller sur lui qu’il m’a engagé, ni pour subir ses commentaires inopportuns et ses gestes déplacés. On m’a engagé pour prendre soin des élèves. Ma tâche ne consiste pas simplement à les soigner quand ils se blessent ou lorsqu’ils sont malades. Non. Ces jeunes sont pour moi comme mes propres enfants. Je les protège, je les regarde grandir et j’aide à leur éducation. Je veille à ce qu’on n’en fasse pas des Andrew juniors. Je regarde ce pitre se relever en fronçant les sourcils.

    -Non… tout simplement fou amoureux de vous.

    Qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre … Je lève les yeux au ciel et pousse un soupire qui en dit long sur mon humeur. Il ne faut pas croire que je suis toujours de mauvaise humeur. Seulement, la présence de ce gros lourd me rend immanquablement aussi agréable qu’une hyène. Et encore ! Je suis sûre qu’une hyène serait sympathique que moi dans ces moments.

    -Bon. Bon. Un peu de sérieux, sinon vous risquez de m’administrer une punition exemplaire… et j’aimerais pouvoir marcher et me dresser bien droit et haut… Qu’y a-t-il de si urgent, de si alarmant?

    Je pince les lèvres. Je ne sais pas trop comment aborder le sujet avec lui. Il faut dire que la situation est tellement floue. Je n’ai aucune preuve de ce que j’avance et ça me semble tout à fait loufoque. Je ne comprends pas ce qui aurait pu se passer pour qu’un étudiant change à ce point en quelques années. Les hormones ne suffisent pas à ce genre de virages.

    -Rusty est venu me trouver à l’infirmerie, hier. Il avait des choses à me dire. À propos d’un autre étudiant.

    Andrew veut dire quelque chose mais je lui fais signe de se taire et de me laisser parler. Je sais ce qu’il s’imagine. Que Rusty a mordu quelqu’un. Ou alors que Rusty s’est ouvert à un autre étudiant. Ou alors que Rusty a mangé un autre étudiant. Ou bien encore qu’il s’est bêtement transformé devant un autre étudiant. Mais je secoue la tête. Ça n’est pas ça. Cet enfant a du plomb dans la tête, mais il n’est pas totalement idiot. Andrew le sait. Quand ça n’est pas moi qui essaie de l’en convaincre, les rôles s’inversent. On ne peut jamais être tous les deux furieux contre Rusty en même temps. Il y a toujours un de nous deux qui prend sa défense. Je sens qu’aujourd’hui, ça sera moi.

    -Il soupçonne la présence d’un chasseur dans l’école.

    Oui. J’ai failli m’étouffer quand il me l’a dit. Rusty n’a pas l’esprit particulièrement fin, assez développé pour différencier différents types d’humaine. Toutefois, la part d’animal en lui devrait être capable de saisir l’essence d’un être, s’il est bon ou s’il est mauvais.

    -Il n’est pas sûr. Il a hésité longuement avant de t’en parler et a finalement décidé de m’en parler à moi parce que je … je connais bien l’étudiant en question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.november-rain.purforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Information capitale [pv Andrew]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Information capitale [pv Andrew]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une information capitale [PV Ashita Ashna et Laksh'Mi]
» Serons-nous des exclus de la Société de l'Information ?
» NOTE D’INFORMATION Chef de Mission et Porte-parole pour l’OIF au GABON L
» Information journalistique ou propagande éléctorale?
» information sur haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'école du Dahlia Noir :: Zone de RPG :: L'école du Dahlia Noir :: Premier étage :: Bureau du directeur :: Deuxième sous-sol-
Sauter vers: