AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dans la gueule du... [PV Rusty]

Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel Ahmon

avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 11/04/2009
Age : 28

About you
Sexe: Masculin
Âge: 15 ans
Réputation:

MessageSujet: Dans la gueule du... [PV Rusty]   Ven 9 Juil - 1:56

Il y a cette bague dans ma main, constituée d’argent, façonnée avec soin. Elle est lourde, et son poids me semble augmenter de minute en minute, en fait depuis que cette idée saugrenue m’a effleuré l’esprit. La bague roule entre mes doigts, s’enfonce dans ma paume, scintille d’une lueur amère, presque violente. Je frissonne, je regarde autour de moi. Vide. Le couloir est vide. J’entends des éclats de rire, le faible murmure des voix des étudiants à l’abri dans leur dortoir. Et moi, je suis ici. Seul, seul face à la panique grandissante, seul face à mes bêtises, seul et toujours seul.

Je soupire. Je manque de courage, et déborde trop d’imbécilité. Mes yeux divergent vers la bague, bague que je glisse à mon index. Elle est lourde, elle est imposante. Elle symbolise ma famille, l’appartenance à la famille Ahmon. Mon père me l’a remise quand j’étais enfant, bien avant que je ne le déçoive complètement, bien avant que je ne devienne ce Gabriel étrange et secret.

Il n’est pas nécessaire de frapper. Il n’y a personne. Les deux habitants de ce dortoir sont absents. Je m’abaisse à la hauteur de la poignée et, grâce à deux petites épingles, je parviens à ouvrir le battant et à me faufiler de l’autre côté. Tout est sombre, tout est… curieusement bordélique. Mes pieds heurtent des objets non-identifiables… Des chaussures, peut-être? Et… je sens une sorte d’odeur fauve répandue dans le petit salon. Curieux, j’allume les lumières. Il y a des vêtements qui traînent sur le sofa, des canettes de bière trônant sur la table basse du salon, sur les comptoirs de la cuisine, de la vaisselle sale ici et là.

Je poursuis tranquillement mon inspection. La salle de bain est dans un état aussi lamentable, la chambre du fond, où cohabitent deux lits, semble hésiter entre le désordre et le rangement. Il y a ce lit propre, impeccable, encadré de tables de chevet propres et impeccables, cette commode propre et impeccable… et il y a cet autre lit dévasté, entouré de meubles aux tiroirs entrouverts, d’objets insolites par terre. Je m’approche de la commode désordonnée, fouille un peu, déniche des paquets de cigarettes, des boîtes de condoms certaines ouvertes d’autres non.

Puis… mon cœur s’affole en percevant le bruit de pas subtils dans le corridor. Je me compose un regard banal, essayant de masquer ma fébrilité, mon anxiété et mon excitation. Je m’assois sur le lit de Rusty Savage, humant au passage ses draps, captant ces étranges effluves piquants qui semblent envahir l’appartement au complet. Ainsi donc, je m’assois et je croise les jambes sous moi. Et comme j’étais installé, il débarque… d’une démarche lente et méfiante. Ses yeux brillent. Ses lèvres se tordent. Son teint se colore. Son corps se fige et se tend. Pour un peu, on dirait un jeune loup hérissé. Pour un peu, je l’entendrais gronder.

-Bonsoir, Savage.

Ma voix est parfaite. Un brin désinvolte. Un brin insouciante. Un brin amusée. Mon regard ne fléchit pas, il demeure rivé à celui de Rusty. Cependant mes mains, elles, tremblent légèrement et mon cœur effectue des mouvements chaotiques et effrénés.

-J’imagine que tu vas me demander la raison de ma présence ici et ensuite, m’intimer de foutre le camp? Pour économiser ta salive et ton imagination débordante, je vais te répondre immédiatement.

Je lui adresse un léger sourire. Je crois que ceci est notre première rencontre depuis notre discussion dans mon dortoir. Il faut dire que nous avions achevé cette conversation rapidement… et qu’elle n’avait guère assouvi ma curiosité, au contraire. Depuis, je cherche à le rencontrer… seul, soit qu’il me fuit soit qu’il colle aux fesses de ses amis – ou le contraire…

-Je suis ici pour récolter un peu d’informations, alors détrompe-toi… je ne te cours pas après.

Je ne suis pas une vulgaire fan finie, quand même. J’ai un minimum de classe. Un minimum dissimulé quelque part… enfoui… quelque part. Il ne reste qu’à trouver ce minimum.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://november-rain.purforum.com/index.htm
Rusty Savage

avatar

Messages : 675
Date d'inscription : 03/04/2009
Age : 28

About you
Sexe: Masculin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Dans la gueule du... [PV Rusty]   Sam 24 Juil - 12:30

    J’ai eu une journée de merde. Mais quand je dis une journée de merde, je veux vraiment dire une journée de MARDE. Allez essayer, vous, d’annoncer à Kathleen Napesh et à son sale caractère de lesbienne mal baisée, que vous soupçonnez sont petit protégé, Gabriel Ahmon, d’être un danger pour votre race. Vous la verrez d’abord ricaner, vous dire que c’est impossible. Puis vous direz que vous ne plaisantiez pas et elle arquera un sourcil. Vous allez développer votre point de vue, vos soupçons, et elle va s’emporter, dire qu’elle connaît bien le garçon en question et que jamais, au grand jamais il ne pourrait être un danger pour nous. Là, vous aurez le malheur de marmonner dans votre barbe que le sexe est une belle manière d’aveugler l’esprit de quelqu’un et elle vous gratifiera d’une bonne claque en arrière de la tête que vous n’aurez pas l’occasion d’esquiver. Elle grommellera et vous dira de vous taire chaque fois que vous voudrez ajouter quelque chose. Alors vous resterez immobile à vous masser le crâne pendant qu’elle fait les cent pas devant vous. Vous attendrez qu’elle parle. Ce qu’elle fera. Depuis que les femmes ont obtenu le droit d’émettre des opinions, elles sont toujours impatientes de parler. Et soudain elle parlera. Elle vous dira de rester sur vos gardes, elle prendra quelques affaires sur son bureau et vous quittera sans rien dire de plus. Et vous devinerez qu’elle va en parler au grand manitou. Et vous vous direz que malgré votre réticence, vous auriez du lui en parler directement à lui; ça vous aurait au moins économisé une claque.

    J’aurais voulu aller virer une brosse avec quelqu’un. N’importe qui. Mais tout le monde semble être occupé, ces temps-ci. Et les filles sont devenues quelque peu ennuyantes. C’est pas que je les ai toutes passées déjà – en tout cas c’est pas loin – mais on dirait que quand je les regarde, elles me font moins envie. Je leur trouve mille défauts et donc mille raisons de ne pas les inviter à passer du bon temps avec moi. J’ai pas envie d’être seul, mais on dirait que le monde et même mon humeur se sont mis d’accord dans mon dos pour que je ne vois personne. Alors je rentre à mon dortoir. Je vais sûrement m’ouvrir une bière. Tout seul. Ou alors non. Il y a plus de bière. Je les ai terminées hier. Je soupire. Une douche alors. Ça, ça va me remettre d’aplomb.

    Sauf qu’en rentrant dans le dortoir, je sens un truc bizarre. Tout le monde rentre ici et trouve que ça sent bizarre mais l’odeur ambiante, moi, je ne la sens pas. Je plisse le nez. C’est une odeur que je connais et que j’ai envie d’oublier. Pas le genre d’odeur que j’ai envie de sentir dans mon appartement. Je marche dans le couloir jusqu’à ma chambre. C’est de là que ça vient. Je sais déjà ce que je vais trouver. C’est pourquoi je ne sursaute pas en voyant Ahmon assis sur mon lit.

    -Je suis ici pour récolter un peu d’informations, alors détrompe-toi… je ne te cours pas après.

    Ne pas m’emporter. Ce petit têtard croit, probablement avec raison, qu’il peut me faire sortir de mes gonds facilement. Normalement ça serait vrai. Là, j’ai pas envie de me mettre dans la merde. Je vais le laisser dire ce qu’il veut, poser les maudites questions qu’il veut. Mais s’il croit qu’il va récolter la moindre information, il se met le doigt dans l’œil. J’affecte une attitude calme en allant m’asseoir sur l’autre lit, celui de Morowë. Un autre loup verrait ma tête légèrement rentrée dans les épaules et la façon dont je le regarde, par en dessous. Un autre loup verrait ma méfiance grandissante. Si j’étais sous mon autre forme, je découvrirais les crocs et coucherais mes oreilles sur ma tête. J’attends.



_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.november-rain.purforum.com
Gabriel Ahmon

avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 11/04/2009
Age : 28

About you
Sexe: Masculin
Âge: 15 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Dans la gueule du... [PV Rusty]   Jeu 19 Aoû - 14:00

Étonnant. Il n’a pas craché un seul mot depuis son apparition dans la chambre, j’en viens à me demander s’il souffre d’une quelconque maladie. Avec un peu de chance, peut-être est-il devenu muet… ce qui ne m’avantagerait dans la situation actuelle. Mes yeux louchent en direction de la bague massive, et je réalise enfin que je suis foutrement suicidaire.

Je n’ai pas l’intention de baisser les bras, ni de partir sans obtenir un minimum d’informations. Ethan Miller est une excellente mine de renseignements en ce qui concerne l’univers occulte, mais j’espère me spécialiser dans un domaine en particulier. Pour se faire, il me faut un individu impliqué dans ce domaine… et cet individu est Rusty Savage. Si j’avais fureté avec beaucoup plus de détermination, si j’étais parvenu à démasquer la véritable identité de certains étudiants et professeurs de l’établissement… peut-être aurais-je pu enquiquiner quelqu’un d’autre, mais ce ne fut pas le cas.

Je connais Rusty Savage, peut-être pas aussi bien que j’aimerais, mais je le connais. C’est pourquoi je l’ai choisi, lui. Un brin anxieux, je fronce les sourcils, jette un regard furtif dans sa direction. Il me dévisage, les yeux plissés de méfiance, le nez froncé d’agacement, les lèvres pincées d’irritation mal contenue. Sa posture, tête entrée dans les épaules et membres tendus à craquer, ressemble à celle d’un animal prêt à bondir et à attaquer. Il est sur ses gardes, il me considère comme une menace.

-Et si on arrêtait de tout dissimuler, veux-tu?

Je passe l’une de mes mains dans ma chevelure en bataille, me disant qu’il faudrait que je me procure, éventuellement, un démêlant. Sans doute pourrais-je refiler cette commission désagréable à Alanthia… et lui donner un bonus pour le déplacement, un pourboire pour sa collaboration, suffisamment d’argent pour qu’elle s’achète une jolie robe dispendieuse. Après tout, c’est ce qu’elle souhaite, non?

-Tu n’es pas humain, comme beaucoup d’autres personnes de l’école. Ce que je veux savoir…

Il y a tant de choses que j’aimerais savoir. J’aimerais connaître la vie de chacun, vivre à travers leurs souvenirs et leur voix. Miller me reproche souvent de vivre à travers les autres, à travers mon appareil… pourtant c’est ce qui me comble. Je ne tiens pas à être aux premiers rangs, ni même à être le héros d’une histoire ou la victime d’aventures trépidantes. Pourtant, je ne fais plus exactement partie des spectateurs et cette réalité me fait frissonner d’horreur.

-Est-ce que tu peux te transformer à volonté? L’autre soir, c’était la pleine lune et tu semblais… agité. Deviens-tu un loup malgré toi lors de ces nuits-là?

Sur mes photos, je n’ai que des loups normaux. Cependant, le lendemain d’une pleine lune offre une quantité de surprises étonnantes lorsqu’on prend la peine d’examiner la forêt. Il y a des marques étranges sur les arbres, des cadavres d’animaux souvent dépecés et sanguinolents… des empreintes immenses et terribles dans la terre. Un loup de taille habituelle ne pourrait provoquer un tel carnage.

-N’imagine pas que je me contenterai d’un silence morose, Savage. J’ai des arguments convaincants pour te faire parler.

Nous nous observons longuement. Sans doute ne me croit-il pas. Mes mains sont dissimulées sous les draps. Je sais comment le faire parler, du moins c’est ce que je pense.

-Je sais comment prouver que tu es un… loup-garou.

Prenons la phrase et déposons-la dans un autre contexte, c’est loufoque limite complètement débile. Je me suis interrogé pendant des jours à savoir… s’il refusait de m’avouer la vérité de lui-même, comment pourrais-je la lui extorquer? J’ai réfléchi… puis une idée effroyable m’est venue, idée que j’ai aussitôt rejetée… mais qui malheureusement demeurait dans mon esprit. Si Rusty Savage coopère, je n’aurais pas à me rabaisser à ce… à cette… à ce statut.

La bague à mon doigt devient lourde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://november-rain.purforum.com/index.htm
Rusty Savage

avatar

Messages : 675
Date d'inscription : 03/04/2009
Age : 28

About you
Sexe: Masculin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Dans la gueule du... [PV Rusty]   Sam 4 Sep - 11:47

    Arrêter de tout dissimuler ? Il en a de bonnes, celui-là. C’est pas lui qui se transforme en grosse bête poilue à tous les mois, qui a une énergie monstre à dépenser, qui doit se retenir de ne pas bouffer qui que ce soit dans cette maudite école, ni non plus se sentir coupable d’avoir pas pu résister à certains fumets. Des sentiments que je ne connaitrais pas si on m’avait laissé finir ma putain de vie dans ma bon dieu de forêt ! Et le revoilà parti dans ses délires. Je croyais que mes réponses agressives ne faisaient que lui mettre la puce à l’oreille. Le silence vaut pas mieux, apparemment. Je sais que t’es un loup-garou. Ouais, cause toujours. Tu veux un os, une médaille ? Quelque chose pour ta découverte ?

    -N’imagine pas que je me contenterai d’un silence morose, Savage. J’ai des arguments convaincants pour te faire parler.

    Je ne peux pas réprimer un sourire amusé, tout en continuant de reluquer mes pieds. Ce type veut que je le bouffe. C’est clair. Je vois pas autre chose. Il a envie de crever. Il doit bien le savoir que je suis agressif. Il doit bien le savoir, s’il a autant fouiné qu’il en a l’air, que tout ça dangereux. Bon sang… S’il le sait pas, il est quand même foutrement inconscient.

    -Je sais comment prouver que tu es un… loup-garou.

    Je relève les yeux vers lui. Tu prouveras rien du tout, mon grand. Pour ça, faudrait que tu me filmes en train de me transformer. Et puis pourquoi moi, d’abord ? Pourquoi pas n’importe quelle autre lycan de cette maudite école ? Je pousse un profond soupir. Je prends alors conscience que la pire façon de faire sortir quelqu’un d’une histoire, c’est de lui dire qu’il n’a rien à y faire, que c’est dangereux et que ça ne le regarde pas. Exactement ce que j’ai fait avec ce gros nul d’Ahmon. Je fronce les sourcils et tourne la tête vers la porte.

    -Écoute, Ahmon. Je suis sûr que quelqu’un d’autre serait amusé par tes délires et tes théories du complot. Mais moi non, ok ? J’ai eu une mauvaise journée. J’venais ici pour me reposer et je te trouve sur mon lit. Pourquoi moi ? Pourquoi c’est à moi que tu t’en prends ? Va gerber tes délires loufoques aux pieds du directeur. Je suis certain qu’il serait ravi de voir qu’il a un élève complètement à côté de ses pompes dans son établissement.

    S’il m’écoutait, je serais débarrassé de lui. Andrew serait forcé de le faire taire, de l’empêcher de tous nous dévoiler au grand jour et vlan ! Plus de Ahmon dans mes pattes. Ça serait le paradis, ça c’est clair.

    -Je sais pas ce que t’essaies de prouver, ni à qui tu comptes le prouver, mais ça me regarde pas. Alors je te demanderais de sortir de ma vie.

    Tiens … étrange. C’est pas le mot que j’aurais choisi. J’aurais plutôt dit de sortir de ma chambre. Ma vie ça fait un peu trop drama. Lapsus révélateur ? Peut-être. Il fout le bordel dans ma vie. Je dois avoir foutrement envie de le voir disparaitre. Non. J’ai foutrement envie qu’il disparaisse. Peu importe … s’il me prenait au mot ça serait aussi bien. Plus jamais entendre parler de lui. Plus jamais avoir à lui coller mon poing en pleine figure. Je pourrais le faire, en ce moment. Sauf que je risque de le tuer. Et que si je le rate, il va revenir me voir en me gerbant des nullités du genre « si t’étais aussi humain que tu le dis, j’aurais pas été aussi assommé et blablabla » ! Je grogne.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.november-rain.purforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans la gueule du... [PV Rusty]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans la gueule du... [PV Rusty]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Que je meurs à l’instant si l’envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent [ pv Monsieur ]
» Wu et le plat de pâtes : le cul bordé de nouilles ou le plat dans la gueule ?
» Sebastian Lacrymosa
» [FB] Un invité surprise;
» [Environs de St-Jean-d'Angély] Dans la gueule du loup (Amy/Gabie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'école du Dahlia Noir :: Zone de RPG :: L'école du Dahlia Noir :: Troisième étage :: Les élèves :: 1 [Rusty & ...]-
Sauter vers: