AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Débarquement... [pv A. O'connel]

Aller en bas 
AuteurMessage
Myra Evendhal

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 12/08/2010

About you
Sexe: Féminin
Âge: On ne demande pas çà à une dame!
Réputation:

MessageSujet: Débarquement... [pv A. O'connel]   Dim 15 Aoû - 8:55

Myra avait fini le trajet jusqu'à l'école à pieds. Partie sous un soleil froid, elle était arrivée sous un déluge. Giboulées, giboulées... Mon œil oui. Ses cheveux flamboyants plaqués contre son visage elle leva les yeux vers l'imposante bâtisse qui se dressait désormais devant elle, un plan détrempé à la main. Qui n'avait pas pu servir longtemps. Elle posa son sac à dos par terre. Et en s'étirant, s'arquant de la pointe des pieds au bout des doigts comme si elle avait voulu toucher le ciel, observa les alentours.
Immense.
Ancien.
Froid.
Et apparemment personne dehors par ce temps. Myra renifla. Fichue pluie. Elle se sentait stupide à observer ce tas de cailloux aussi immense qu'il soit alors qu'il devait faire bien plus chaud à l'intérieur. Un lapin détala soudain sur sa droite. Elle suivit sa course jusqu'aux fourrés, comme un enfant découvre ce qui pourrait devenir son futur jouet. Puis reporta son attention sur l'école. Non, c'est là qu'elle est venu chercher de nouvelles distractions.

Elle ramassa son sac à dos sans baisser le regard pour autant, d'une simple flexion des genoux. Quoi qu'on puisse en dire, elle savait que sa place était désormais, et au moins pour quelques temps dans l'enceinte de ce bâtiment.
Quoi qu'elle y trouve.
Un sourire illumina son visage.
Nouveauté.
Inattendu.

Surprise.

Elle n'avait pas une très grande idée de ce que lui cachait ces murs. Quelques brides d'informations. En fait elle ne savait ni qui tenait l'établissement, ni si ils manquaient de professeurs. Mais ça ne l'aurait pas arrêté.
Elle rejoignit donc la porte de l'établissement d'un pas fluide et rapide, remarquant que les lieux n'avaient pas vraiment l'allure des écoles qu'elle avait connues.
Elle s'arrêta un instant devant la porte, la main sur le battant. Un frisson glacé lui parcourut l'échine.

Son sourire s'élargit. Oui c'était bien son futur chez soi.

Elle poussa le battant d'un geste décidé, sur de lui. Comme le jour où elle était entrée à la Faculté d'Histoire de l'Art, prête alors à affronter les peuplades séculaires des récits anciens. Ironie du sort...? Elle pénétra entre les murs imposants. Elle se sentit tout d'abord écrasée. Elle n'avait jamais aimé se sentir ainsi... cloitrée? Enfermée? Qui plus est dans un lieu inconnu, reconnu par son inconscient comme potentiellement hostile. Elle secoua furtivement la tête et ferma les yeux un instant et inspira profondément avant de les rouvrir. La sensation d'oppression avait disparue, laissant place à une étrange satisfaction, et curiosité. Enfin un endroit où elle ne serait plus tout à fait considéré comme désespérément différente. Un peu plus... dans le moule?

Le hall d'entrée était plutôt impressionnant. D'autant plus qu'il était presque vide. Ne sachant pas où trouver la personne qu'elle cherchait, elle se dirigea au hasard dans les couloirs, tendant l'oreille à l'approche des portes, discernant ici conversation, là bas cours. Elle ignora les quelques personnes qu'elle croisa. Elle voulait trouver seule ce pour quoi elle était là. Au détours d'un couloir elle remarqua un feuillet tombé à terre. Sa lecture lui arracha un sourire. Où qu'on soit certaines choses ne changeaient pas beaucoup réalisa-t-elle en repensant à son professeur d'Histoire de dernière année...

Elle releva la tête vers la porte qui indiquait 'bureau du Directeur' en repoussant une mèche de cheveux trempée qui lui tombait sur la frimousse en reniflant... Intéressant. Fichtrement intéressant, pensa-t-elle avec un sourire intéressé. Son sac à dos à l'épaule, ses vêtements noirs trempés lui collant à la peau comme s'ils ne voulaient faire qu'un avec sa silhouette, veste jetée sur les épaules sans soucis de l'enfiler et cheveux couleur de sang plaqués le long de son visage, de sa nuque et de ses reins, elle frappa tranquillement à la porte sans chercher à savoir si la pièce était vide ou non. Elle attendrait le temps qu'il faudrait.


Dernière édition par Myra Evendhal le Mar 1 Mai - 21:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew O'connell

avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 02/04/2009

About you
Sexe: Masculin
Âge: 43 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: Débarquement... [pv A. O'connel]   Ven 20 Aoû - 14:18

[Cadeau pour la nouvelle ^^' ]

Andrew O’connell était un homme très occupé, oh que si. La preuve, une pile de dossiers trônaient misérablement sur son bureau, son agenda était noirci de rendez-vous avec des personnalités importantes de l’éducation, des professeurs, des élèves en difficulté, des jeunes mères coquettes qui se languissaient de ce bon O’connell… Et Philip Kent, son assistant, cette épine dans le pied, cette plaie humaine, ce démon revêche et sérieux, s’appliquait à lui pourrir la vie en le pressant de terminer sa paperasse et de se conduire en parfait… directeur d’un établissement scolaire.

En effet, Andrew O’connell était un homme très occupé, mais aussi un individu lâche et paresseux avec quelques penchants libidineux malheureusement affûtés. C’est pourquoi le voici dans son bureau, en chemise déboutonnée, assis en tailleur sur son bureau en majestueux bois d’if, des clichés généreusement coquins entre les mains, une cuiller dans la bouche et un bol de crème glacée devant lui. Le professionnalisme n’avait jamais fait partie d’Andrew O’connell au grand damne de Philip Kent et de cette délicieuse et lesbienne Kathleen Napesh.

On frappa à la porte. Andrew O’connell, n’attendant aucun visiteur, arqua un sourcil, piocha dans sa crème glacée et enfouie une nouvelle fois la cuiller dans sa gueule. C’était peut-être Philip qui venait le sermonner ou Kathleen qui souhaitait lui cracher son venin au visage. Andrew marmonna, grommela un peu. Il n’avait pas envie d’être dérangé, mais avait plutôt besoin d’un moment de réflexion. Certaine choses échappaient à son contrôle ces derniers temps et cela l’incommodait beaucoup. Il haussa les épaules et se dit que l’importun s’en ira probablement, ce qui ne fut malheureusement pas le cas. Pas de chance O’connell.

Philip et Andrew se seraient fait une joie d’entrer en trombe dans le bureau même s’il n’y avait pas été. La présence demeurait près de la porte. Andrew fronça les sourcils, sentit une odeur étrangère et qui le fit s’hérisser.

-Vous pouvez entrer, dit-il à contrecœur.

La porte s’ouvrit lentement et une jeune femme détrempée se glissa dans la pièce. Sa longue chevelure flamboyante attira immédiatement le regard interloqué d’Andrew O’connell.

-Vous êtes qui, vous? Demanda-t-il, surpris.

La femme le dévisagea un instant… et Andrew constata qu’il était toujours installé sur son bureau, la chemise de soie entrouverte, dévoilant son torse pâle et finement musclé, qu’il avait encore des photographies compromettantes de Kathleen entre les mains, que ses cheveux indisciplinés pointaient dans toutes les directions… Se raclant la gorge avec brusquerie, il bondit sur le sol, boutonna rapidement son vêtement, fourragea dans sa chevelure pour lui remettre un peu de volume, sans grand succès, et invita l’inconnue, plutôt mignonne, à poser son royal postérieur sur l’un des sièges devant le bureau. Il tiqua lorsqu’il remarqua une grande flaque d’eau sur ton tapis coûteux.

-Veuillez m’excuser pour cette pitoyable présentation, je ne m’attendais pas à une rencontre ce matin… Je suis Andrew O’connell, le directeur de l’école. En quoi puis-je vous être utile?

L’homme tendit la main. Il ne connaissait pas ce visage. Il huma l’air et capta les effluves du parfum de la femme. Andrew O’connell lui offrit un sourire charmant et lui proposa un verre de whiskey. Sans attendre de réponse, il fila en direction du bar où il s’exécuta. Il revint auprès de sa compagnie, un verre de liqueur ambrée dans chaque main.

-Vous pensez inscrire votre enfant dans mon établissement, c’est cela? Ce n’était pas la peine de vous déplacer, madame, un coup de fil aurait amplement suffit.

Andrew découvrit qu’il avait mal boutonné sa chemise. Bah, peu importe… elle avait vu pire la pauvre femme.

-Malgré les apparences, Black Dahlia est une école parfaite pour les étudiants. Il y a diverses activités scolaires, des dortoirs propres, des professeurs compétents. Bref, tout pour satisfaire les parents et les élèves.

Andrew O’connell cligna des paupières.

-Je vous demande de me pardonner mes manières rustres, je ne vous ai pas demandé de vos présenter… ni même les réels motifs de votre arrivée ici…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myra Evendhal

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 12/08/2010

About you
Sexe: Féminin
Âge: On ne demande pas çà à une dame!
Réputation:

MessageSujet: Re: Débarquement... [pv A. O'connel]   Lun 11 Oct - 15:30

Myra eu tout d'abord l'impression que ses sens l'avaient trompés, et qu'il n'y avait personne dans la pièce puisque la réponse se faisait attendre. Si ce n'avait été cette présence, discrète qu'elle percevait derrière les battants. Elle resta donc plantée devant la porte, hésitant à frapper une seconde fois. Après tout elle débarquait à l'improviste, pas de courrier, pas de coup de téléphone... rien qui ne lui permette d'affirmer que le Directeur pouvait la recevoir?

Elle baissa les yeux, regarda la flaque s'étendre doucement à ses pieds. Elle aurait peut-être du attendre? Il fallait avouer qu'ainsi trempée, si on oubliait ses vêtements qui ressemblaient désormais plus à une seconde peau sombre, elle n'était guère présentable. Elle s'apprêtait à faire demi-tour à la recherche d'un lieu où elle pourrait sécher au chaud pour revenir plus tard quand une voix s'éleva derrière la porte.

-Vous pouvez entrer.

Myra fit à nouveau face à la porte, les doutes envahissants son regard. Après tout, elle était revenue sur sa terre natale si récemment... Qui lui disait qu'elle y trouverait encore sa place? Sa main frôla la bosse que formait dans sa poche son portefeuille. Sa vie ici serait-elle aussi fausse que les documents qu'il contenait? C'était-elle leurré sur ce que cachait les murs de cette imposante bâtisse? C'est la gorge serrée qu'elle poussa discrètement le battant de la porte du bureau. Une odeur filtra alors jusqu'à elle et ses doutes s'estompèrent. Elle entra dans la pièce, oubliant l'eau qui gouttait encore tout autour d'elle.

-Vous êtes qui, vous? Demanda un homme surpris à la jeune femme tout aussi surprise de le trouver assis sur son bureau.

Ses yeux d'ambre croisèrent le regard du 'Directeur' et elle oublia jusqu'au plus infime de ses doutes. Non ses instincts ne l'avait pas trompés. Une sensation fugace lui remonta du bas ventre à la gorge, et s'évanouit en déposant un sourire sur ses lèvres et des étincelles dans ses yeux. Elle amorça un geste pour se rapprocher de l'homme sur le bureau mais se ravisa. Elle ne connaissait absolument pas les coutumes et cérémonials en vigueur de ce côté ci de la Manche... Et quelque chose lui soufflait que son geste aurait été mal interprété. Son regard glissa malgré tout sur la chair qui dépassait des pans de la chemise.

Avant qu'elle n'ait pu répondre, l'homme bondit de son piédestal improvisé, arrangea prestement sa tenue dans un éclair de lucidité et lui fit signe de prendre place dans un de ses luxueux fauteuils. Elle s'en approcha mais hésita à s'y asseoir dans son état... Elle choisi de rester debout alors que le Directeur poursuivait en lui tendant une main à serrer et un charmant sourire. Effectivement elle avait bien fait de se retenir de le saluer... disons... "à la Française".

-Veuillez m’excuser pour cette pitoyable présentation, je ne m’attendais pas à une rencontre ce matin… Je suis Andrew O’connell, le directeur de l’école. En quoi puis-je vous être utile?

Il ne lui laissa à nouveau pas le temps de répondre, et fila remplir de verre d'un liquide ambré et lui en tendit un, qu'elle accepta sans broncher. Bien qu'elle ignora ce que ce put être. Mais elle débarquait comme un cheveux sur la soupe avec sa demande. Autant essayer de faire bonne figure.

-Vous pensez inscrire votre enfant dans mon établissement, c’est cela? Ce n’était pas la peine de vous déplacer, madame, un coup de fil aurait amplement suffit.

Myra ne put s'empêcher de tiquer. Cela dut se lire l'espace d'un instant sur son visage, comme l'ombre d'un nuage masquant la lune le temps d'un souffle de vent. Un enfant? Avait-elle donc vraiment l'air d'une gentille mère de famille?

-Malgré les apparences, Black Dahlia est une école parfaite pour les étudiants. Il y a diverses activités scolaires, des dortoirs propres, des professeurs compétents. Bref, tout pour satisfaire les parents et les élèves.

Elle une mère? Il cligna des paupières. Elle se retint de sourire, au bord du rire.

-Je vous demande de me pardonner mes manières rustres, je ne vous ai pas demandé de vos présenter… ni même les réels motifs de votre arrivée ici…

Elle se força à n'esquisser qu'un petit sourire amical.

-Disons que je ne suis pas vraiment là pour vous soumettre un nouvel élève... Bien que votre école est l'air tout à fait remarquable! s'empressa-t-elle d'ajouter.

Elle huma discrètement le contenu du verre et se décida à le poser sur le bureau. Complètement perplexe quand à son contenu. Après quoi elle se retourna et s'appuya négligemment contre le meuble, une main posée de chaque côté de ses hanches, s'appuyant involontairement dessus, cherchant la meilleure façon de présenter sa requête. Elle inspira un bout coup et lâcha en fixant les yeux de son interlocuteur.

-En fait je venais me proposer pour enseigner la mythologie à vos élèves.

Non. En fait. C'était pas exactement çà. Mais elle ne savait pas par où commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Débarquement... [pv A. O'connel]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Débarquement... [pv A. O'connel]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les 95 ans du débarquement américain en Haïti
» I'm grieving for your tears • Ft Alice O'Connel
» Morkava Mk1
» Débarquement à Seikan
» Débarquement et Wysiwyg...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'école du Dahlia Noir :: Zone de RPG :: L'école du Dahlia Noir :: Premier étage :: Bureau du directeur-
Sauter vers: