AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'heure du déjeuner, c'est sacré ! [Pv Noäh]

Aller en bas 
AuteurMessage
Christina Woodworth

avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 19/06/2009
Age : 35
Localisation : Là où le soleil brille.

About you
Sexe: Féminin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: L'heure du déjeuner, c'est sacré ! [Pv Noäh]   Mar 14 Juil - 17:51

Après trois heures de torture la cloche avait finalement décidé de sonner. Chris poussa un soupir de soulagement : plus que la moitié de la journée à subir. Elle attrapa négligemment ses affaires pour les faire tomber dans son sac et entreprit de sortir de la salle de classe comme si un incendie venait d’y démarrer.
Finirait-elle par s’y faire ? Elle avait quelques doutes. En tout cas dans sa classe on se méfiait d’elle. Les filles l’évitaient poliment – tant mieux – mais la plupart des garçons n’osaient pas non plus l’approcher. Pourtant elle ne mordait pas, bordel de merde ! Ou si peu.
Il faut dire qu’elle avait mal choisi son jour pour rencontrer Blondie : il semblait qu’une bonne partie de ses futurs camarades de classe se trouvaient dans la salle de détente au moment de leur petit « accrochage ». La plupart d’entre eux n’avaient d’ailleurs toujours pas compris ce qu’il s’était passé exactement…

Nouveau soupir. Elle claqua la porte de son casier – dans lequel elle venait d’abandonner son sac – et se dirigea vers la cafétéria d’une démarche nonchalante. Au moins ici on ne pouvait pas dire que la bouffe était dégueulasse, loin de là. Si pour l’instant le moral n’était pas au beau fixe, au moins elle ne crevait pas la dalle.
Le brouhaha filtrait sous la porte à double battant, et se fit bien présent une fois qu’elle l’eut franchie. L’heure du déjeuner. Normal qu’il y ait foule. Christina attrapa un plateau et se glissa dans la file du self. Étrangement on l’y laissa s’y infiltrer sans mal. Pourtant elle se trouvait plutôt passe-partout aujourd’hui, peut-être habillée un poil trop décontractée avec un simple t-shirt en coton mauve porté sur un pantalon baggy noir et sa paire de baskets « du week-end ». Mais bon, déjà qu’elle se tapait exam sur exam, si en plus elle devait faire péter la tenue rigide…non merci. Autant être à l’aise.
La file avait avancé et la jeune fille se trouvait à présent face aux présentoirs. Une petite surprise l’y attendait.

*Oh des sushis ! Cool.*

Elle se rappelait de la première fois où son père avait décidé d’emmener toute la famille manger japonais. La mère de Chris avait fait tout un foin sur la dangerosité d’ingérer du poisson cru, chose qui avait amplement suffit pour que la petite fille veuille y goûter instantanément. Et elle avait adoré. Par la suite c’était devenu une habitude. Voire même le rituel du samedi soir, les week-ends où elle voyait son père, depuis le divorce de ses parents. Elle avait toujours préféré son père. Et elle l’aimait toujours autant, même si depuis l’accident il avait continuellement cet air de tristesse dans les yeux lorsqu’il la regardait. Pas grave.

Une ébauche de sourire aux lèvres, elle se servit allègrement – sous le regard désapprobateur de la cantinière, qui pourtant ne pipa mot – puis partit à la recherche d’une table. Des groupes solides s’étaient déjà formés au cours de l’année, et il semblait plutôt difficile d’en intégrer un. Et Christina n’était pas du genre à s’imposer. Depuis son arrivée elle s’arrangeait donc pour trouver une place en bout de table, évitant de coller de trop près ceux qui lui jetaient des regards gênés. Fallait dire qu’ils étaient plutôt coincés dans cette école. Pas étonnant pour un établissement privé aussi cher. Avant ça elle n’avait fréquenté que des collèges et lycées publiques de banlieue, et pas toujours très bien côtés. Elle faisait un peu tâche dans le paysage. A part elle la plupart des élèves ne se démarquaient pas, et ceux qui le faisaient semblaient plutôt craints. Elle avait vaguement saisi au vol des conversations au sujet d’un certain « Savage » et de son groupe, mais s’en était désintéressée bien vite. Il y avait bien d’autres choses à foutre que d’écouter les ragots. Du moins pour le moment.

Elle trouva finalement ce qu’elle cherchait : une des tables en fond de salle n’était occupée qu’à moitié par un groupe d’élèves babillant de façon plutôt enthousiaste. Ils étaient tellement absorbés par leur conversation qu’ils ne lui jetèrent même pas un regard lorsqu’elle les dépassa pour aller s’asseoir en bout de table.

*Ben voilà, parfait.*

Au moins elle pourrait manger en paix.
Ses doigts s’abattirent sans pitié sur les sushis qui – s’ils avaient une conscience – venaient de comprendre que leur fin en ce bas-monde était proche…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'heure du déjeuner, c'est sacré ! [Pv Noäh]   Dim 19 Juil - 17:07

La pendule de la salle de math était d'une malhonnêteté absolue. Toute la matinée, Noäh l'avait observée. Bien sûr l'objet semblait tout à fait normal à première vue, mais dès que l'adolescent tournait la tête elle en profitait pour s'arrêter. Et même lorsque le garçon aux cheveux rouges reposait ses yeux sur elle après avoir lamentablement répondu à côté, l'aiguille des secondes paraissait avoir encore ralenti. Le temps ne pouvait pas passer si lentement bon Dieu !
Quand la sonnerie retentit tel le clairon salvateur, et dans le désordre absolu des chaises raclant le sol et des discussions animées, Noäh lança un dernier regard accusateur au traître appareil avant de quitter sa salle de classe.
Pressé par la foule des couloirs, le jeune homme se glissa rapidement à l'extérieur, inspirant profondément l'air frais avec un sourire appréciateur. A sa droite, un duo d'adolescents sortit à son tour des couloirs en évoquant avec avidité le théorème de... euh... d'un mec sans doute connu avec avidité. Noäh mima une grimace outrée ; comment un humain normalement constitué pouvait-il réellement s'intéresser à des séries de chiffres sans queue ni tête ? Aucune poésie, aucun divertissement, aucun intérêt.

Son système sensoriel ultra-développé en certains cas se mis en marche lorsqu'il capta les bribes d'une conversation timide quelque part dans son dos. Un sourire discret se glissa au coin de ses lèvres.
Une odeur fraîche, jeune fille discrète, cheveux au parfum d'herbe humide et de bois, une petite voix cristalline, hésitante, c'est ce qu'il préférait. Ses amies la poussaient apparemment à s'approcher. Que les jeunes filles étaient amusantes à se prendre ainsi à espérer pour les leurs. Comment y résister ?
Noäh attendit encore quelques instant avant de se retourner dans un mouvement naturel. L'adolescente se figea, ses camarades s'éloignèrent un peu, l'encourageant certainement mentalement. Elle était bien jolie, comme le jeune homme s'y était attendu - mais quelle fille en ce monde pouvait ne pas être jolie à sa façon ? - et tout aussi intimidée qu'elle s'y était attendue. Elle ne se démonta cependant pas et, prenant son courage à deux mains, lui adressa un sourire hésitant - ah ! qu'elle était mignonne ! - et un petit geste de la main. Noäh sourit à son tour, calculant son expression au millimètre pour ne paraître ni trop engageant, ni trop désintéressé, et répondit à son petit signe de main. La fille rougit et se détourna pour rejoindre ses amis. Noäh en fit de même, pour se diriger vers la cafétéria.

Une bonne chose de faite ! Quoi de mieux qu'un de ces petits instants agréables pour redémarrer et oublier cette foutue horloge ? Bien sûr, si la charmante créature chez qui il venait de faire naître espoir avait déjà un ou deux soupirants, nul doute qu'il sentirait bientôt quelques regards courroucés - après tout, ses flirts, il ne les faisait jamais en cachette - mais il savait aussi que presque aucun des mâles de cette école ne viendrait se frotter à lui ; ils pensaient tous (bien à tort) que le rouquin détenait ses cicatrices de mystérieuses rencontres nocturnes qui se finissaient à coups de poings.
A cette idée Noäh lâcha un ricanement agrémenté d'un hochement de tête amusé. Il prit place dans la file, et se servit quelques plats sans compter sous le regard amen de la cuisinière qu'il remercia d'un nouveau sourire charmeur. Ah. Savage et sa bande dans ce coin. Téméraire mais pas fou, cherchons une autre place. S'il y avait bien un mâle face auquel Noäh perdait sa sûreté c'était bien celui-là : imprévisible, totalement imprévisible, et il détestait ça.

Slalomant entre les tables alors que son repas refroidissait, le rouquin aperçut enfin les signes que lui adressaient quelques gars de son club, et se dirigea vers eux, soulagé. Mais il stoppa net avant de les avoir atteint. Une fille ? Oui. Qu'il ne connaissait pas. Seule à un bout de table. Inadmissible.
Sans hésiter l'adolescent changea de cap sous les regards incrédules de ses compagnons et vint se poster juste en face de la jeune fille ma foi habillée fort peu féminine.

- Hi, je peux m'assoir ? Ces types en ont après moi, ajouta-t-il en désignant discrètement la table de ses compagnons qui s'étaient remis à lui faire des signes désordonnés.

Il n'attendit pas la réponse de l'adolescente aux cheveux noirs - cheveux courts, il adorait ça ! - et s'installa en lui adressant un sourire dégagé. Un coup d'œil rapide vers son assiette et il reprit :

- Les sushis d'ici sont très bien préparés. C'est étonnant dans un simple self pour étudiants non ?

Il glissa distraitement sa main dans sa poche tout en parlant, en sortit sa boite de médicaments et goba un cachet avant d'entamer son repas.
Revenir en haut Aller en bas
Christina Woodworth

avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 19/06/2009
Age : 35
Localisation : Là où le soleil brille.

About you
Sexe: Féminin
Âge: 17 ans
Réputation:

MessageSujet: Re: L'heure du déjeuner, c'est sacré ! [Pv Noäh]   Lun 20 Juil - 8:43

Du thon rouge. Du vrai de vrai.
Putain décidément ils s’emmerdaient pas ici. Et elle commençait à radoter sérieusement. Mais bon, elle avait jamais vraiment été habituée à autant de…de…ben de choses qui vous coûtaient d’ordinaire au moins un bras.
Sa génitrice, elle, avait toujours aimé le luxe : dernier sac de créateur, chaussures à la mode, robes qui lui servaient à rien mais qui devaient bien valoir un demi-salaire mensuel de cadre sup’… A cause de cette connasse leur père s’était endetté comme un malade.

*Quand on aime on a vraiment de la merde dans les yeux…*

Certainement vrai dans le cas du père de Chris. De toute façon maintenant cette sorcière s’était trouvé un super mari, plein aux as, et surtout avec déjà un pied dans la tombe. Et son paternel se retrouvait seul avec ses dettes. Encore heureux qu’il se soit pas fait soutirer une pension alimentaire… Sa mère était vraiment une salope haute catégorie. De compétition même.
La jeune fille était donc en train de ruminer ces sombres pensées lorsqu’une voix la fit sursauter. Pas qu’elle soit tendue, hein. Juste…surprise. Jusqu’à présent elle faisait plutôt figure de mouton noir à éviter dans cette école. Alors que quelqu’un se risque à venir lui parler dans un lieu aussi fréquenté – donc à la vue de tous – ça elle ne s’y attendait pas. Elle leva le nez de son assiette et jeta un œil curieux à cette courageuse personne qui avait décidé d’approcher « la chose » - c’était ainsi que certains désignaient Christina, elle avait les oreilles qui traînaient parfois.

Un rouquin, cheveux longs, avec une gueule qui devait attirer les minettes. Il n’avait pas attendu qu’elle réponde pour s’asseoir. De toute manière elle ne l’aurait pas envoyé se faire foutre : pour une fois que quelqu’un venait lui tenir compagnie – et que ce n’était pas une pouffiasse dans le genre de Blondie – elle n’allait pas cracher dessus.
Elle se contenta donc de lui rendre son bonjour…

« Chalut… »

…la bouche pleine. Ben oui quoi : ne pas répondre n’aurait pas été particulièrement sympa, mais il fallait bien qu’elle finisse son sushi, non ?
Avalant sa bouchée, elle en profita pour jeter rapidement un œil à ceux qui, soi-disant, en avaient après lui. Ces mecs ressemblaient plutôt à un groupe assez sympathique, et leurs grands gestes signifiaient plus « Eh ! Mais qu’est-ce tu fous ?! Viens t’asseoir avec nous ! » que « Salop, tu perds rien pour attendre ! On aura ta peau ! ». Plusieurs pensées lui vinrent alors à l’esprit : soit ces types en avaient après lui de façon bien peu catholique, soit il lui sortait une excuse bidon pour venir se poser à sa table. Dans tous les cas elle s’en foutait pas mal.
Ses réflexions furent de nouveau interrompues. Ah, il lui parlait.

- Les sushis d'ici sont très bien préparés. C'est étonnant dans un simple self pour étudiants non ?

Elle se tourna vers lui, puis jeta un œil à son assiette. Ah oui, les sushis… D’un air sceptique, elle reporta son attention sur le jeune homme.

« Un simple self ? Tu te fous de ma gueule là : encore heureux qu’on nous serve pas de la merde en boîte vu le prix de la pension ! »

Chris avait une idée bien à elle d’une cafét’ de lycée. Un lieu grouillant de monde, où on avait plus le choix de la bouffe si on passait en fin de service. Un lieu que les services d’hygiène fermeraient s’ils y faisaient réellement les contrôles réglementaires. Un lieu où on vous servait uniquement des aliments extraits de boîtes de conserves. Et surtout un lieu où on pouvait pas bouffer tranquille vu qu’il y avait toujours des crétins pour se foutre sur la gueule à coups de plateaux repas…
Alors non, jamais elle n’aurait qualifié la cafétéria de cette école de « simple self ». Plutôt de restau quatre étoiles.

Se léchant les doigts, elle observa plus attentivement son compagnon de tablée. Il avait l’air sportif, mais pas dans le genre décérébré – bien loin des bœufs de l’équipe de foot américain de son ancien lycée. Elle fut quelque peu intriguée en le voyant avaler un comprimé avant son repas et, si elle avait été curieuse, elle se serait peut-être tordue le cou pour voir de quoi il s’agissait. Mais Chris n’était pas aussi fouineuse que ça et, surtout, elle n’aimait pas particulièrement les objets pouvant lui rappeler le milieu hospitalier. Elle en avait été vaccinée, et même prendre une simple aspirine lorsqu’elle avait mal au crâne la rebutait passablement. De si petites choses pouvaient vraiment vous pourrir la vie parfois.

Elle avait déjà fini son assiette. Oui, elle mangeait beaucoup trop vite et c’était mauvais pour la digestion – ce qui lui servait de mère le lui avait suffisamment répété. Mais dans la mesure où ça ne l’avait pas encore tuée, elle ne voyait pas de raison de changer ses habitudes. Elle regarda donc le jeune homme manger, repensant à la façon dont il s’était invité à sa table.
Un petit sourire en coin passa sur ses lèvres lorsqu’elle remit les éléments bout à bout : et dire qu’elle ne l’avait pas vu arriver avec ses gros sabots. Ça prouvait qu’elle était vraiment pas dans son assiette depuis son arrivée.

« Tu sais, t’avais pas besoin d’excuse pour t’incruster. Je mords pas. »


Elle regarda de nouveau le groupe installé un peu plus loin. Les types avaient abandonné leurs signes désespérés mais semblaient les observer l’air de rien.

« On dirait que tes potes sont malheureux comme les pierres. Tu crois qu’ils s’en remettront ? »


Son ton amusé montrait clairement qu’elle trouvait la situation distrayante.
Elle lui sourit un peu plus franchement cette fois et décida de se présenter.

« Moi c’est Chris. Je suis arrivée en début de semaine. Vu les mines des zigotos là-bas j’imagine que tu es ici depuis bien plus longtemps… Tu aurais quelque chose qui puisse te qualifier, autre que « le mystérieux beau gosse un peu mytho » ? Un prénom par exemple ? »

Oui elle avait une grande gueule et une propension à être incapable de la fermer. Et elle ne voyait pas de mal à dire exactement ce qui lui passait par la tête, que ce soit politiquement correct…ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'heure du déjeuner, c'est sacré ! [Pv Noäh]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'heure du déjeuner, c'est sacré ! [Pv Noäh]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conspiration en lieu sacré [ Marianne ]
» Les 4 sacrés du ciel
» ANGLADE REMET LES PENDULES A L'HEURE
» Heure du début du draft?
» Dernier heure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'école du Dahlia Noir :: Zone de RPG :: L'école du Dahlia Noir :: Premier étage :: La cafétéria-
Sauter vers: